30/11/2014

Ruth, d'Elizabeth Gaskell

Ruth

Elizabeth Gaskell





Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l'atelier de couture de Mrs Mason. Lors d'un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales.
Jugée « fille perdue », Ruth est congédiée. Elle se réfugie au Pays de Galles avec Bellingham qui l'abandonne dès qu'il apprend qu'elle est enceinte.
Tentée de se suicider, elle est recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l'aiment et la respectent. La faisant passer pour veuve afin de lui éviter la disgrâce, ainsi qu'à son futur enfant, ils parviennent à la faire entrer au service d'un homme d'affaires, Mr Bradshow. Mais le retour de Bellingham menace son secret...
Avec Ruth, Elizabeth Gaskell trace le portrait émouvant d'une jeune victime de l'hypocrisie victorienne, toujours sûre de son bon droit et de ses préjugés.



J'ai déjà dévorée quelques livres de Mme Gaskell, dont Nord et Sud – mon coup de cœur absolu –, mais aussi Les amoureux de Sylvia, Cranford... Alors quand j'ai vu que Ruth allait faire l'objet d'une réédition dans la collection Archipoche (une branche des éditions de l'Archipel), vous imaginez bien que j'ai sauté sur l'occasion !
Dans ce roman d'Elizabeth Gaskell, on fait la connaissance de Ruth Hilton. Elle est devenue orpheline à ses seize ans, et a été confié à Mrs Mason, qui dirige un atelier de couture. C'est une femme très dure, qui dirige ses apprenties d'une main très dure, et Ruth est – on pourrait le comprendre – très triste et dépressive. Elle perd ses parents, elle se retrouve dans une situation où elle est rabaissée, elle n'a pas la moindre raison d'espérer que sa condition change en mieux.
Elle trouve une raison d'espérer lorsqu'elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille. Elle voit d'abord à lui l'occasion d'avoir des rêves de beautés, puis un ami... Avant qu'ils n'entament une relation amoureuse, sans être mariés. Les conventions sociales vont être heurtées par cette relation, détruisant peu à peu ce qui unissait Henry et Ruth, déjà mis à mal par le côté mesquin d'Henry et par le sens moral de Ruth.
Rejetée, abandonnée, Ruth va aller seule dans le monde lorsqu'elle est congédié par Henry Bellingham. Anéantie, elle apprend qu'elle est enceinte. Anéantie peut-être, mais résolue à reconquérir son honneur et pour élever son fils dans un sens moral élevé. Heureusement qu'elle va trouver des bonnes personnes sur sa route, des personnes qui ne vont pas la rejeter. Elle va être recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l'aiment et surtout la respectent. Ils vont la faire entrer au service de Mr Bradshow, en tant que gouvernante. Bellingham va évidemment refaire son entrée dans sa vie, et va la bouleverser profondément.
Ruth est sans conteste le roman religieux d'Elizabeth Gaskell. Dans l'Ancien Testament, le personnage de Ruth est la personnification même de la pauvreté et de l'humilité, ce qui est tout à fait conforme à la description de l'héroïne du roman. Grâce aux amis trouvés sur son chemin et grâce à sa droiture, Ruth va arriver peu à peu à reconquérir sa propre estime, celle des autres, mais aussi une certaine position sociale. Si elle était restée sous la houlette de Mrs Mason, elle serait restée une simple couturière. Mais en devenant la gouvernante de Mr Bradshaw, elle atteint un statut respectable, de même lorsqu'elle devient infirmière, une position qui la fait aimer des plus pauvres et des plus démunis. De jeune fille très naïve et innocente, elle devient une jeune femme, qui conserve une certaine innocence, mais qui comprend mieux la dureté de la vie et la bassesse de certains individus. Il y a eu péché à la base pour en arriver à cette position, mais un péché n'amène pas toujours que du mauvais. La droiture d'esprit de Ruth et l'enseignement reçu chez le pasteur vont la faire devenir meilleure et plus avertie. L'être humain est enclin à l'erreur, mais c'est une grande force que d'apprendre de ses erreurs et de là où on a péché. Échaudée, Ruth ne refera pas la même erreur et conservera toujours la même humilité face aux épreuves que la vie lui réserve. Mais certains ne sont pas disposés à apprendre, comme Henry Bellingham, qui est décidément un individu veule, sans honneur, et particulièrement détestable ! Le pasteur Benson et sa sœur Faith sont deux personnes particulièrement chaleureuses, des rayons de bonheur dans la vie de Ruth, au même titre que son fils. Bons ou détestables, il y a toutes les facettes chez les personnages décrits par Mme Gaskell !
Elizabeth Gaskell aborde des thèmes toujours aussi chers à son cœur, tel l'amour contrarié, la lutte des classes ouvrières, les femmes souvent démunies mais toujours forte d'une manière ou d'une autre, le déclassement qui peut arriver à n'importe qui... Ruth est un récit particulièrement fort, et qui ne peut pas laisser indifférent ! Après Nord et Sud, c'est mon autre chouchou ! On a beau lire les dernières pages le cœur gros et la larme à l'œil, il y a quand même une certaine forme d'espoir.
Ruth n'a pas été sans me rappeler Tess d'Urberville, de Thomas Hardy. Dans l'un comme dans l'autre, on a ce vil séducteur, prêt à tout pour séduire et plus une jeune fille innocente, qui se retrouveront toutes les deux enceintes... Et qui seront bien évidemment mis au ban de la société ! Après, les destins de ces deux personnages différent, mais je n'en dirais pas plus !
J'espère que Ruth vous plaira autant qu'à moi !


Logo Livraddict

28/11/2014

La Horde du Contrevent, d'Alain Damasio

la horde du contrevent,alain damasio,science-fiction
La Horde du Contrevent

Alain Damasio



Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu'un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s'y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d'eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent.
Imaginez qu'en Extrême-Aval ait été formé un bloc d'élite d'une vingtaine d'enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu'à sa source, à ce jour jamais atteinte : l'Extrême-Amont.
Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m'appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l'éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l'azur à la cage volante.
Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l'ultime.



Cela faisait un moment que j'entendais parler d'Alain Damasio et de son fameux La Horde du Contrevent. Alors quand j'ai eu l'opportunité, je n'ai pas hésitée.
La 34ème Horde est composée de 23 membres, formés pour explorer le monde, de l'ouest vers l'est, pour tenter d'atteindre la source de tous les vents : l'Extrême-Amont. Sur leur trajet, ils vont se heurter à des obstacles inimaginables, que ce soit des vents violents, des étendues d'eau à traverser ou des pics à franchir. Ces 23 personnes vont prendre la parole chacun à leur tour, avec chacun sa façon de voir et son ressenti devant leur mission. (Garder précieusement le marque-page fourni avec le livre, car il vous permettra de savoir quel symbole correspond à quel personnage !)
la horde du contrevent,alain damasio,science-fictionLa Horde du Contrevent a reçu le Grand prix de l'imaginaire en 2006, une récompense pour un livre vraiment différent, hors-norme. Au cours de cette épopée, chacun des membres va prendre la parole, ce à quoi il faut s'habituer au début. Mais une fois qu'on a pris le coup, on s'y habitue très bien ! Ce qui est également amusant, c'est que la numérotation des pages est inversée (commence à 500 et quelques pages pour finir à 0). C'est un livre très difficile à classer, car on passe du fantastique à la poésie, du merveilleux au fantastique. Un livre vraiment déroutant !
J'ai eu beaucoup de mal à m'y mettre dans les 200 premières pages. Je n'arrivais pas trop à accrocher aux personnages, je n'étais pas prise pas l'écriture, j'avais du mal à me repérer dans les glyphes symbolisant les personnages et à comprendre certaines notions qu'Alain Damasio mettait en avant... Mais une fois plongée plus sérieusement dans l'histoire, je n'ai pas pu m'en détacher avant d'en savoir le dernier mot et comment cette épopée allait se finir.
Dans ce roman, Alain Damasio va enchaîner les croyances, les mythes, le métaphysique, les rêves, les espoirs, tout ce que peut comporter la psyché humaine. Mais il y a aussi une création absolument époustouflante d'un univers hors-norme, où le vent est un élément essentiel et fondamental. Les différents paysages sont bien décrits, tellement bien décrits qu'on a l'impression d'y être et de sentir le vent nous balancer dans tous les sens. Il a vraiment une plume très particulière (du moins dans ce roman !), et j'ai dû souvent m'attarder, relire un passage particulier... Car avec Alain Damasio et La Horde du Contrevent, pas question de lire quand on a l'esprit ailleurs ! Comme pour les personnages, toujours dans l'attente, toujours sur la brèche, à l'affut du moindre petit détail.
Même si parfois difficile à suivre ou à comprendre, La Horde du Contrevent est un roman qui se doit d'être lu au moins une fois, rien que pour comprendre la bête et pourquoi elle a tant fait parler d'elle !
Ne vous laissez pas déroutez pas les premières pages et par un style très particulier, la lecture vaut le coup jusqu'à la fin.




- On connait ces risques. Ils restent moins forts que de se balader tout nu au beau milieu de la plaine en espérant dénicher LE bosquet. Le bosquet qui coupera le flot sans l'arrêter, bien laminaire, sans tourbillon ni rotor vicieux, le miracle fait buisson quoi !




Vis chaque instant comme si c'était le dernier.
Vis chaque instant comme si c'était le premier.





Logo Livraddict

26/11/2014

Thursday Next, Tome 3, de Jasper Fforde

Thursday Next, Tome 3
Le Puits des Histoires Perdues

Jasper Fforde



Même poursuivie par une multinationale qui a juré sa perte, la star des détectives littéraires a droit à un congé maternité !
Pour Thursday Next, ce sera un séjour secret dans un mauvais thriller, un de ceux qui croupissent au fond du Puits des Histoires perdues. Ici, sous l'œil de la toute-puissante Jurifiction, on recycle les livres de seconde zone comme les classiques oubliés de la littérature, on pioche un personnage par là pour le remettre ailleurs, on réduit le texte en mots quand il n'y a plus d'espoir.
Mais très vite, Thursday doit quitter sa planque. Le Minotaure s'est échappé, semant la pagaille dans le Monde des Livres...



Le Puits des Histoires Perdues est le troisième tome des aventures de Thursday Next. Après les deux premiers romans très riches en action, celui-ci fait un peu office de transition, car il s'y passe (un peu) moins d'actions.
Thursday Next est toujours poursuivie par la multinationale Goliath, qui a juré de se venger de la détective littéraire, une des rares personnes à lui tenir tête. La jeune femme est bien décidée à poursuivre sa vendetta contre le groupe qui a éradiqué son mari Landen, et à le ramener auprès d'elle. Cependant, avant de se lancer dans cette guerre, Thursday s'accorde un congé, le temps que son enfant vienne au monde.
Pour échapper à l'attention, elle se réfugie dans le Monde des Livres et s'installe dans un livre. Pour ne pas s'en trouver déloger, Thursday a choisi un livre du Puits des Histoires Perdues, un livre tellement mauvais qu'il n'a aucune chance d'être édité.
La jeune femme a beau se cacher, cela ne l'empêche pas d'avoir des obligations. Elle remplace d'abord l'adjointe d'un inspecteur dans le livre dans lequel elle a élu domicile, dans le cadre du “Programme d’Échange de Personne”, mais Thursday est également stagiaire à la Jurifiction, sous la tutelle de Miss

Havisham. Sans compter ce travail dans le monde des livres, elle doit aussi apprendre toutes les règles qui le régissent ainsi que toutes les créatures qui l'habitent !

Ajouté à cela, elle doit faire face à la sœur d'Achéron, bien déterminée à venger la mort de son grand frère, et cela par tous les moyens... Thursday doit lutter contre un adversaire formidable, mais heureusement qu'elle reçoit de l'aide et qu'elle peut compter sur elle-même !
Le Puits des Histoires Perdues est très intéressant, peut-être pas autant que L'Affaire Jane Eyre ou Délivrez-moi ! car il y a un peu plus de creux, de temps mort, mais cela reste un récit très au-dessus de la moyenne ! Le trait le plus marquant de cette série et de l'écriture de Jasper Fforde est cette qualité des histoires : Jasper Fforde a tout d'abord une très belle plume, mais aussi cette capacité d'écrire des histoires loufoques sans perdre son lecteur, et surtout une imagination débordante ! Où va-t-il chercher ces idées de personnages “génériques” qui n'ont pas de caractéristiques propres et vont à l'école pour devenir tel ou tel personnage et arriver à décrocher un bon rôle dans un roman ; des vendeurs qui cherchent à écouler des rebondissements aux narrateurs en panne d'inspiration ; le fait que les personnages puissent sauter d'un livre à l'autre ou de la réalité au Monde des Livres...
Jasper Fforde enrichit encore davantage son univers, Le Puits des Histoires Perdues continue dans la lignée des précédents, un OVNI littéraire, drôle, décalé, original, distrayant et particulièrement bien écrit !




Thursday Next, Tome 1 : L'Affaire Jane Eyre
Thursday Next, Tome 2 : Délivrez-moi !
Thursday Next, Tome 3 : Le Puits des histoires perdues
Thursday Next, Tome 4 : Sauvez Hamlet !
Thursday Next, Tome 5 : Le Début de la fin
Thursday Next, Tome 6 : Le Mystère du Hareng Saur
Thursday Next, Tome 7 : Petit enfer dans la bibliothèque



Logo Livraddict

24/11/2014

Fiche Film : Interstellar

Synopsis

Le film raconte les aventures d'un groupe d'explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l'espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Fiche Technique

Date de sortie : 5 novembre 2014
Durée : 2h49min
Réalisé par Christopher Nolan
Genre : Science-fiction, Drame
Nationalité : Américain


Distribution

- Matthew McConaughey
Rôle : Cooper
- Anne Hathaway
Rôle : Brand
- Michael Caine
Rôle : Professeur Brand
- John Lithgow
Rôle : Donald
- Jessica Chastain
Rôle : Murph
- Casey Affleck
Rôle : Tom
- Mackenzie Foy
Rôle : Murphy jeune
- Wes Bentley
Rôle : Doyle



Secrets de tournage

Le choix de McConaughey
Christopher Nolan a déclaré avoir choisi le comédien Matthew McConaughey en tête d'affiche car il désirait un "monsieur ordinaire", et qu'il avait été impressionné par sa prestation dans Mud.

Tournage en immersion stellaire
Certaines scènes d'intérieur des vaisseaux spatiaux ont été tournées à la façon d'un documentaire : les fenêtres des décors donnaient sur des écrans diffusant ce que les personnages étaient censés y voir, renforçant le réalisme et aidant les comédiens à s'immerger dans leurs rôles.


A l'aveugle
Bien qu'ayant collaboré avec Christopher Nolan sur Batman Begins, Le Prestige, The Dark Knight, Inception et The Dark Knight Rises, Hans Zimmer n'a pas été autorisé par le réalisateur à avoir accès au scénario d'Interstellar, et a donc dû composer sa musique sans savoir de quoi parle le film.

Un physicien à bord
Le scénario d'Interstellar s'inspire majoritairement des travaux de Kip Thorne, un éminent physicien théoricien réputé pour ses apports cruciaux à la physique, l'astrophysique et surtout au domaine de la gravitation. Le scientifique, qui a également participé à l'écriture du scénario, est connu pour avoir exploré la théorie de la relativité générale d'Einstein. D'après ses recherches, il serait possible de voyager dans le temps, grâce aux fameux trous de vers. On comprend mieux son implication dans le film.

Une première... et une dernière
Ce n'est un secret pour personne, Nolan n'aime pas la 3D, il préfère le format IMAX. A l'instar de ses prédécesseurs, Interstellar n'y échappera pas. Mieux, pour cette aventure astrale, ce choix de réalisation a requis une utilisation poussée de caméras IMAX et du format 70mm, bien plus que sur les précédents longs métrages du réalisateur. Il est donc probable que ce soit le dernier film à contenir autant de séquences tournées dans ce format et à être diffusé dans cette qualité. La raison ? Il n'existe que peu de salles de cinéma supportant ce format.

Un film proche de Spielberg ?
Si Interstellar a été comparé au début du projet à 2001 : L'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick, le film se rapproche plus du cinéma de Steven Spielberg quant aux émotions et aux valeurs familiales qui y sont présentes (notamment dans la relation père-fille).

Collaboration technique
Christopher Nolan a apporté un très grand soin à rendre son film le plus vraisemblable possible. Pour cela, il a fait appel aux conseils techniques de l'astronaute américaine Marsha Ivins, qui a participé à cinq expéditions vers la station spatiale MIR.


Mon avis

Autant le dire tout de suite, je suis une grande fan de Christopher Nolan. J'ai trouvé que ses Batman étaient les meilleurs, Memento met complètement le cerveau en vrac, Le Prestige est excellent, Inception est juste phénoménal... Alors, je ne pouvais qu'attendre avec impatience la sortie de son petit dernier ! Interstellar s'est fait attendre et désiré, je bavais devant chaque bande-annonce et chaque image. Aussitôt paru, aussitôt vu ! (Et même vu deux fois, et très tentée d'aller le voir une troisième fois.)
Alors, Interstellar, de quoi ça cause ? La Terre, dans quelques années, va devenir inadaptée à la survie de l'homme, qui est destinée à bientôt mourir de faim. Cooper est un ancien pilote et ingénieur, reconverti en agriculteur suite à un accident. Il vit avec ses deux enfants, sa fille Murphy et son fils Tom. Murphy est une petite fille très intelligente, très précoce, et qui pense que sa chambre est visitée par un fantôme. Lorsqu'elle tente de communiquer avec cette présence, elle et Cooper reçoivent des coordonnées les guidant vers une installation secrète de la NASA.
Dans cette installation, des scientifiques dirigés par le professeur John Brand étudient un trou noir, qui selon eux ne seraient pas apparus de manière fortuite mais serait la création d'êtres évolués qui souhaitent proposer une porte de sortie vers d'autres mondes, d'autres galaxies, et ce trou noir leur permettrait d'y accéder plus rapidement. John Brand va proposer à Cooper de piloter le vaisseau spatial et dont la mission sera de retrouver les explorateurs de la mission Lazare, une mission qui a envoyé des hommes à travers le trou noir afin d'étudier une dizaine de planètes potentiellement habitables. Trois planètes se révèlent particulièrement intéressantes : elles se situent dans le même système solaire mais très éloignées les unes des autres. Le but d'avoir une planète viable serait bien sûr la survie de l'espèce humaine. Une survie déclinée en eux scénarios possibles : le premier serait une évacuation générale de la Terre (le professeur Brand met tout en œuvre afin de résoudre les calculs nécessaires à cette étape), et la seconde option, au cas où le plan A ne marcherait pas, serait une colonisation s'appuyant sur le développement in vitro d'embryons humains congelés, ce qui ôterait toute chance aux humains encore présents sur Terre...
Cooper accepte cette mission, sans savoir quand il reviendra, ce qui brise le cœur de sa fille, qui ne lui pardonnera pas. Il décolle avec un équipage composé d'Amélia Brand, la fille du professeur, ainsi que de deux scientifiques, Romilly et Doyle, et deux robots, CASE et TARS. Après avoir sauté dans le trou noir, ils atterrissent sur la première planète, qui leur réserve un écoulement du temps plus lent que celui de la Terre et des vagues géantes. Abandonnant cette planète, le choix suivant est de décider soit d'aller dans une planète moins prometteuse mais dont les sondes émettent toujours, ou soit d'aller sur la planète avec les données plus intéressantes mais qui n'émet plus...
Je ne vais pas vous raconter la suite, ce début plante bien l'intrigue de départ d'Interstellar (car presque trois heures de film, ça en laisse des choses à voir !).


Sinon, que dire de mon ressenti ? Après le clap final, j'étais juste bouchée bée, comme à chaque fois que je vois un film de Nolan. Il y a beaucoup de personnes qui l'ont comparé à L'odyssée, à Gravity, etc, etc... Donc certes, il peut y avoir des rapprochements. Mais après, à mon avis, tous les sujets ont déjà été tous plus ou moins traités, ce qui diffère est la manière de raconter. Et Nolan est un des meilleurs conteurs que je connaisse ! Clairement, Interstellar est un de ses films les plus aboutis. Je n'oserai pas juger de la pertinence de ses informations scientifiques, mais je sais qu'il a consulté des spécialistes, s'est renseigné sur la question... Certes, tout n'est pas « vrai » concernant les explications scientifiques, mais je pense que peu de personnes parmi les spectateurs sachent véritablement de quoi ça retourne. Et pour ce qui est des trous noirs, et bien, qui peut savoir réellement, vu que nous n'avons pas actuellement les moyens de les comprendre réellement ? Donc Christopher Nolan a réussi à faire un film alliant données scientifiques et science-fiction, pour un résultat captivant.
L'aspect scientifique peut effrayer certaines personnes mais, à ma grande surprise, Interstellar se révèle

surtout l'un des films les plus émouvants de Nolan. Comment ne peut-on pas avoir le cœur serré devant cette humanité au bord de l'extinction ? Surtout qu'on en arrive là par notre faute, et pas parce qu'on s'est fait envahir par des aliens ou écrasés par une météorite... Mais surtout, c'est les liens qui unissent les personnages qui m'a le plus ému. Il y a le lien particulier entre Cooper et sa fille qui est particulièrement émouvant : elle peut détester son père pour l'avoir abandonné, elle va toujours croire en lui, en la survie de l'espèce humaine. Le moment où Cooper s'en va et où Murphy lui court après m'a tiré des larmes ! Donc, un film de SF à la fois très intéressant du point de vue scientifique (même si les théories sont à prendre avec des pincettes), et surtout un très beau film sur les valeurs humaines.
Du côté du casting, aucune fausse note. On peut retrouver certains des acteurs « fétiches » de Christopher Nolan, comme Michael Caine, et maintenant Anne Hathaway. Aucune surprise concernant ces deux acteurs, ils sont vraiment formidables, excellents ! La petite Mackenzie Foy a bien grandit depuis Twilight,

je pense qu'elle tient un excellent début de carrière avec ce film, je suis curieuse de voir sa carrière future ! Jessica Chastain me laisser un peu mitigée au départ, mais j'ai finalement réussit à me connecter à son jeu, heureusement ! Mais surtout : Matthew McConaughey. Que dire de cet acteur ? Que son Oscar pour Dallays Buyers Club était plus que mérité ! Je n'ai pas vu toute sa filmographie, loin de là
(True Détective est ce que j'ai le plus envie de regarder en série, dès que j'ai finie de regarder celles que j'ai commencée !), mais chacun de ses films dans lequel je l'ai vu a fait mouche : Le règne du feu, Dallays Buyers Club sont vraiment très bon, et j'ai maintenant très envie de le découvrir davantage !
Un petit mot au passage sur la musique : je suis toujours aussi fan du son de Hans Zimmer ! J'ai été un peu décontenancée au départ, je ne retrouvais pas sa « patte » habituelle, j'ai trouvée qu'il s'éloignait de ses notes habituelles... Mais au deuxième visionnage du film, puis en écoutant la BO, j'ai vraiment été captivée, et surtout elle collait parfaitement à l'histoire. Elle n'a pas noyée ou submergé le film, il y a avec des moments de silence qui ne nécessitait pas de musique, surtout dans l'espace afin de pouvoir ressentir toute l'angoisse de ce vide... Bref, encore une belle écoute !
Une chronique assez longue, mais qui peine à retranscrire mon enthousiasme pour ce film. Interstellar est à voir impérativement, c'est un de mes plus gros coups de cœur cinématographique de cette année 2014 ! N'hésitez pas à prendre 3 heures de votre temps, c'est un film absolument extraordinaire !

22/11/2014

L'Heure Indigo, de Kristin Harmel

L'Heure Indigo

Kristin Harmel









A Cape Cod, Hope s'affaire derrière les fourneaux de la pâtisserie qu'elle a hérité de sa grand-mère, mais entre la rébellion de sa fille, son récent divorce et ses soucis financiers, elle frôle parfois le burn out.
Aussi, quand sa grand-mère lui demande d'aller en France retrouver sa famille disparue pendant la guerre, Hope part-elle hésiter en quête de ce passé dont elle ignore tout...



L'Heure Indigo fait partie de ces livres qui m'ont attirée l'œil grâce à sa couverture, que je trouve très réussie, et ensuite à son résumé accrocheur.
Kristin Harmel nous raconte dans L'Heure Indigo l'histoire d'Hope, une jeune femme qui lutte pour garder sa pâtisserie surendettée hors de l'eau, entre les problèmes de son divorce, de sa fille adolescence en rébellion et sa grand-mère victime de la maladie d'Alzheimer. A cause de tout ça, Hope est vraiment dans une grande phase d'apitoiement et de dépression (pas surprenant quand même !), elle est en surmenage, avec assez peu de personnes pour l'aider. Elle va retrouver un peu de curiosité lorsque sa grand-mère, dans une phase de lucidité, va lui donner une liste de nom : ce serait apparemment sa famille, que Hope doit retrouver.
Tout d'abord très réticente et hésitante, Hope va finalement se lancer dans cette enquête, poussée par la curiosité et par sa fille. Armée de quelques maigres indices, elle va s'envoler pour Paris et tenter de comprendre l'énigme. Sans dévoiler toute l'intrigue, je dirais seulement que c'est une histoire qui tourne autour des Juifs et de la Seconde Guerre Mondiale, un sujet plutôt sensible et dur...
L'Heure Indigo fait partie de ces excellentes surprises de la Rentrée Littéraire 2014. Une Rentrée assez sombre et « déprimante », je dois dire. Ce n'est pas les sujets graves et lourds qui manquent, je dois dire ! Le sujet abordée par Kristin Harmel rentre dans ces catégories parfois sombres (endettement, maladie, déchirement des familles, la Shoah...), mais L'Heure Indigo reste quand même un livre parfois léger, souvent tendre, ce qui fait que les côtés plus tristes passent mieux ! Car il y a aussi de l'amour, que ce soit pour sa famille, dans un couple, il y a l'amitié, il y a l'entraide (notamment celle que les Musulmans apportent aux Juifs), il y a aussi de l'espoir.
C'est une histoire assez classique qui est racontée ici, mais qui est très bien racontée. J'ai eu tout d'abord un peu de mal avec le personnage de Hope, que je trouvais trop larmoyante, mais qui s'est révélée de plus en plus forte au fil du temps. Sa fille est dans sa crise d'adolescence, ce que je peux comprendre : une mère un peu absente, le divorce de ses parents, son arrière-grand-mère qui sombre dans la maladie... Un personnage qui grandit au fur et à mesure. Gavin est un jeune homme très intéressant, mignon tout plein, et que j'aurais aimé voir plus. Rose, la grand-mère de Hope, est définitivement le personnage que j'ai préférée, j'ai adorée découvrir son histoire et ce qui lui était arrivée, même si elle n'a pas eu une vie facile, loin de là !
En résumé, L'Heure Indigo s'est révélée une excellente surprise, un excellent moment de douceurs et de tensions, à savourer ! (Sans compter que j'aime beaucoup sa couverture !)


Il est bon de se souvenir qu'il n'est pas indispensable
de voir une chose pour savoir qu'elle est là.


Logo Livraddict

20/11/2014

Rachel Morgan, Tome 3, de Kim Harrison

Rachel Morgan, Tome 3
Sorcière blanche, cœur noir

Kim Harrison




Il n'y pas à Cincinnati de sorcière plus sexy, dure à cuire et tarée que Rachel Morgan. La chasseuse de primes a déjà mis en péril à maintes reprises sa vie amoureuse, et même son âme, pour expédier les créatures de la nuit derrière les barreaux... Et dans le privé, elle fait de son mieux pour repousser les avances de son associée buveuse de sang.
Mais dans le milieu la guerre fait rage, et il est temps pour Rachel de prendre position. D'autant qu'elle a largement contribué à mettre l'ex parrain de la ville sous les verrous non sans avoir passé un accord avec un puissant démon. Accord qui pourrait lui coûter une éternité de souffrances et beaucoup d'autres choses particulièrement dégradantes... Et justement, voici son sombre « maître » qui vient chercher sa récompense...



Attention, des SPOILERS sont possibles à ceux qui n'ont pas lu les tomes précédents...

Je suis maintenant bien lancée dans Rachel Morgan ! Après un début un peu difficile, j'avale les tomes maintenant avec grand plaisir.
Troisième tome, et toujours pas de repos pour Rachel... Dans le tome précédent, elle a réussi à enfermer un des puissants parrains de la ville. Pour ça, elle a dû compter sur l'aide d'un démon, qui va maintenant venir réclamer ce qui lui appartient, c'est-à-dire la sorcière ! Mais heureusement que Rachel n'a pas perdu sa combativité !
La nouvelle enquête de Rachel va être de débarrasser la ville d'un nouveau venu, un sorcier qui a décidé d'ôter des parts de marchés à Trent Kalamack. Rachel va devoir faire mauvaise fortune bon cœur, et tenter d'aimer Trent, car sait-on jamais sur pire peut-on tomber ?
Dans le même temps, elle va devoir combattre Al, le démon avec lequel elle a passé un marché, et qui est très insistant à réclamer son dû. Elle va aussi devoir gérer sa relation avec Nick, qui semble pour le moins endommagé, suite au lien qu'ils ont formés et qui choque profondément Nick. Cette relation est importante pour Rachel, et on va la voir ici passer par toutes les phases. La fuite de Nick est un coup de massue pour Rachel, qui va se retrouver vraiment seule et triste. Sa relation avec Ivy va beaucoup l'aider, même si ce n'est pas franchement simple. La vampire est en effet tiraillée entre son désir de considérer Rachel comme son scion, et son désir de la garder en tant qu'amie. Car la sorcière n'est pas le moins du monde disposée à franchir cette ligne et ne désire d'Ivy que son amitié !
Sorcière blanche, cœur noir est sans doute le tome que j'ai le plus appréciée pour le moment ! Kim Harrison devient de mieux en mieux au cours de son écriture. Ses personnages sont toujours aussi bien décrits : Rachel prend plus de responsabilités, elle est plus réfléchie et plus mature. Ivy se dévoile toujours un peu plus, on en apprend un peu plus sur son rôle de scion de Piscary (quel sale type celui-là !!) et j'apprécie toujours les interactions qu'elle a avec Rachel. Jenks est toujours aussi hilarant, j'apprécie énormément ce petit bonhomme et sa fierté plus grosse que lui. A mon plus grand plaisir, il va y avoir de nouvelles découvertes au niveau des personnages. On va déjà apprendre un peu plus sur le démon Algaliarept, qui est à la fois très dangereux et très intéressant. Mais il y a également Kisten, qui était le précédent scion de Piscary, et surtout un vampire très charmant, qui va faire tourner toutes les têtes. Mais le nouveau personnage que j'ai adoré est Ceri, que l'on découvre grâce à Algaliarept. J'ai hâte d'en savoir plus sur elle !
Rachel Morgan est une série à laquelle je deviens de plus en plus accro, et je suis vraiment ravie de m'être accrochée et l'avoir continuer ! Sorcière blanche, cœur noir est une excellente lecture, j'ai hâte de me plonger dans le tome suivant !



Rachel Morgan, Tome 1 : Sorcière pour l'échafaud
Rachel Morgan, Tome 2 : Le Bon, la Brute et le Mort-Vivant
Rachel Morgan, Tome 3 : Sorcière blanche, cœur noir
Rachel Morgan, Tome 4 : Pour une poignée de charmes
Rachel Morgan, Tome 5 : Et pour quelques démons de plus




Logo Livraddict

18/11/2014

Top Ten Tuesday ≠19

Top Ten Tuesday
Les 10 suites de séries que vous attendez impatiemment

En commençant ce Top, je me suis posée une question... Quelles suites de séries ? Celles qui ne sont pas encore sorti et qu'on meurt d'impatience d'avoir ? Ou les suites qui sont déjà sorties et qu'on n'a pas encore mais qu'on meurt d'impatience d'acheter ? Alors, soyons fou, faisons les deux !



- Rose Morte, Céline Landressie
J'ai dévorée le premier tome, et je suis très curieuse de lire la suite !


- L'Assassin Royal, Robin Hobb
J'ai fini il y a quelques temps le premier tome du dernier cycle de la saga de Fitz, et je meurs d'impatience de lire les suivants !


- La Passe-Miroir, Christelle Dabos
On a eu une fausse joie en croyant que le tome 2 arriverait début 2015. Apparemment, ce ne serait pas vrai... Quel dommage ! Mais j'espère quand même qu'il ne tardera pas trop.



- Kate Daniels, Ilona Andrews
Il me reste le dernier tome paru à lire, et j'ai vraiment très envie de m'y mettre ! Et surtout j'ai hâte d'avoir tous les tomes.



- Thursday Next, Jasper Fforde
J'avoue, j'ai commandé le dernier tome, et j'ai hâte de le recevoir.


- Les Ténèbres de Londres, Caitlin Kittredge
Un premier tome très sympathique, je suis curieuse de savoir ce que le tome 2 nous réserve.


- Mercy Thompson, Patricia Briggs
J'ai plus que hâte d'être au mois de décembre pour dévorer ce dernier tome !


- The Mortal Instruments, Cassandra Clare
J'ai bien aimé les deux premiers tomes, il faudrait vraiment que je mette aux suivants.


- Jane Yellowrock, Faith Hunter
Les premiers tomes sont vraiment bien, je suis curieuse de savoir ce que Faith Hunter a préparé pour la suite.


- Le Cycle d'Alamänder, Alexis Flamand
Un premier tome très bien fait, j'ai bien envie de savoir ce qu'Alexis Flamand nous a préparé pour les suivants !

16/11/2014

Le journal du Capitaine Wentworth, d'Amanda Grange

Le journal du Capitaine Wentworth
Amanda Grange



« J'ai enfin admis ce que, je crois, je savais depuis le début : je suis toujours amoureux d'elle. Je n'ai jamais cessé de l'aimer. En huit ans, je n'ai jamais vu son égale, parce qu'elle n'a pas d'égale. »
Lorsque Frederick Wentworth, promis à une brillante carrière dans la Marine, et Anne Elliot se rencontrent, ils tombent amoureux et se fiancent. Mais la marraine de la jeune femme la persuade de mettre fin à cette union. Des années plus tard, après être devenu capitaine et avoir fait fortune, Wentworth la retrouve. Il s'aperçoit très vite que ses sentiments pour Anne n'ont pas changé. Elle est toujours belle et pleine d'esprit.
La vie leur accordera-t-elle une seconde chance ?



Après avoir lu Le journal de Mr Darcy, je me suis plongée dans Le journal du Capitaine Wentworth qui est mon deuxième personnage préféré après Darcy.
Persuasion étant un de mes romans préférés, j'ai eu la même appréhension que pour Orgueil et Préjugés : que les romans d'Amanda Grange détruisent un peu la magie de ces romans... Mais que ce soit le journal de Darcy ou de Wentworth, ces lectures se sont révélés distrayantes, faciles à lire et nous permettaient de nous replonger dans l'univers de Jane Austen.
Amanda Grange commence sa réinterprétation de Persuasion non au moment où Anne et le capitaine se retrouvent après une séparation de 8 ans, mais au moment de leur toute première rencontre. Cela nous permet d'assister au début de leur amour, d'avoir une version de leur rencontre et comment leur histoire a commencé. Cette première partie est intéressante, Amanda Grange nous raconte une version possible. On y découvre un Frederick Wentworth fier, insouciant, bien décidé à s'amuser et à prendre du bon temps, notamment avec les femmes. Il n'est pas le moins du monde intéressée par une relation plus poussé ou par le mariage, mais sa rencontre avec Anne va le faire changer radicalement. La deuxième partie nous raconte Persuasion tel qu'on le connait, mais avec les pensées du Capitaine Wentworth. Cette deuxième partie m'a beaucoup plus intéressée, j'ai vraiment pris plaisir à connaître les pensées d'un de mes personnages austennien préféré ! On découvre son ressenti face à ses retrouvailles avec Anne, Amanda Grange a pris soin de reprendre tous les petits détails de Persuasion pour nous faire revivre pleinement ce récit.
Le journal du Capitaine Wentworth m'a fait passer un excellent moment dans l'ensemble : j'ai pris plaisir à découvrir ce personnage d'une manière différente, même si la description de l'auteure ne correspondait pas toujours à celle que je me faisais des différents personnages et que certaines émotions étaient parfois expédiées trop rapidement.
Évidemment, Le journal du Capitaine Wentworth est loin de valoir le récit original de Jane Austen. Les émotions et sentiments sont moins décrits, les personnages ont moins de profondeurs... Mais ce récit a atteint son but : me faire passer un peu plus de temps avec mes personnages préférés et les connaître de manière différente. Ceux qui ont aimé Persuasion devraient passer un moment agréable avec ce titre, tout en ne s'attendant pas à quelque chose d'une très grande qualité !
Un livre qui m'a plu dans l'ensemble.




Logo Livraddict

14/11/2014

Top Five SériesAddict ≠05

Top SériesAddict
Les personnages qui ont le meilleurs sens de la répartie



Max – 2 Broke Girls

Définitivement le personnage que je préfère ! Désabusée, cynique, elle ne perd pas un moment lorsqu'il s'agit de se moquer des autres. Et à chaque fois, j'éclate de rire !


Selena Kyle – Gotham
J'ai toujours aimé le personnage de Selena/Catwoman. Et la voir jeune dans cette version TV est vraiment intéressant. Elle est débrouillarde, intelligente, et trouve toujours un moyen d'arriver à ses fins.




Kenzie – Lost Girl
Un autre de mes personnages préférés. Déjà, j'adore sa façon de s'habiller ! Et puis, elle est toujours très vive, bourrée d'humour... Un vrai rayon dès qu'elle apparaît !


Donna Noble – Doctor Who
J'aime toutes les compagnes du Docteur, en particulier Rose et Clara. Mais Donna est vraiment particulière : elle change des deux compagnes précédentes, Rose et Martha, qui étaient amoureuses du Docteur. Donna, elle, est juste son amie, en ne perdant jamais une occasion de le rabrouer ou de s'opposer à lui si elle n'est pas d'accord.


Alice – Luther
Une série que j'adore ! Pour Luther, d'abord, mais surtout pour le personnage d'Alice, qui est extrêmement bien fait. Une personnalité peu ordinaire, et surtout un esprit bien affûté.




Et le bonus :

Marianne - Robin Hood
Une femme qui n'a pas besoin de chevalier servant, qui entend mener sa barque comme elle l'entend, et qui n'hésite pas à prendre la défense des personnes sans défense !



Smells like Chick Spirit

13/11/2014

Louisa Clark, Tome 1, de Jojo Moyes

Louisa Clark, Tome 1
Avant toi

Jojo Moyes



Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c'est la panique.
En pleine crise, dans ce trou paumé de l'Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d'apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C'est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours.
Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis.



Merci à ma LFQLSD de m'avoir fait découvrir ce livre grâce à notre Swap, il y a tellement longtemps que j'avais envie de le lire !
Lou est une jeune femme ordinaire, elle mène une petite vie tranquille dans sa ville d'origine où elle travaille dans un café. Mais le début de sa nouvelle vie va commencer avec son renvoi... Ce renvoi va réorganiser toute ta vie : ses parents sont choqués et la soutiennent, tout en la poussant pour se bouger et se trouver un nouveau travail. Sa relation avec Patrick, son petit ami, va énormément changer, en bien et en mal. Sa relation avec sa sœur.

Lou va commencer ce que je pense toute personne ou presque connait : la recherche à un travail ! Car même si l'on veut travailler, il y a quand même des limites, notamment à certaines offres proposées par Pôle Emploi... Un jour, un peu en désespoir de cause, elle va accepter de faire un essai de travailler pendant six mois en tant qu'aide-soignante auprès de Will, tétraplégique.
Will à 35 ans, il était autrefois très actif, que ce soit dans son métier ou dans ses activités, notamment sportive. Le fait de se retrouver clouer dans un fauteuil ou dans son lit l'a profondément atteint, au point qu'il compte mettre fin à ses jours... Lou, à la fois pour lui, pour elle, et pour les parents de Will, va tout faire pour tenter de lui faire reprendre goût à la vie.
Cette rencontre, ce métier, va vraiment bouleverser la vie de nos deux protagonistes. Lou va acquérir davantage de confiance en elle, elle se remet en question, et surtout va découvrir tout un univers, notamment la musique, la lecture... Elle va vraiment s'enrichir et faire craquer son horizon un peu étriqué et limité. Elle va véritablement se découvrir ! Quant à Will, de bourru et ronchon, il va devenir plus proche des gens, essayer d'avoir encore de belles surprises, et de vivre un peu.
Avant toi nous présente une belle palette de personnages, tous plus touchant les uns que les autres, mais nous introduit surtout une question primordiales : le droit de décider de sa mort. Il y a des personnes qui refusent totalement la mort assistés, d'autres qui sont pour, et enfin, beaucoup de personnes réclament le droit de partir dans la dignité. Clairement, si je devais me retrouver dans la position de Will, je ne pense
pas réclamer le droit de mourir. Je pense que je considérerais avoir la possibilité encore d'apprendre, de ressentir, de toucher... Mais je ne sais honnêtement pas combien de temps je tiendrais, surtout vu les problèmes de santé que sa condition entraîne. Mais par contre, si un jour je me retrouvais dans le coma, ou pire, avec un locked-in syndrome (un syndrome d'enfermement), là clairement, je voudrais tout de suite en finir, je pense. Mais au-delà de ça, il y a des maladies sans espoir de rémission qui font souffrir terriblement, comme des cancers ou autres maladies horribles, et je pense que personne ne devrait avoir à subir ça. Alors, oui, je pense que la mort serait une issue, et que c'est à chacun de décider. Je m'en voudrais de faire subir ça à ma famille, mais j'en voudrais peut-être aussi à ma famille de m'obliger à vivre sous certaines conditions. Alors pourquoi ne pas régulariser ce genre de situation, entraîner un corps médical à ce genre de problème ?
Un livre qui m'a véritablement bouleverser, qui m'a fait me poser des questions, Avant toi est vraiment un livre à lire ! Il nous fait rire, pleurer, poser des questions... Une histoire magnifique et bouleversante !


Louisa Clark, Tome 1 : Avant toi
Louisa Clark, Tome 2 : Après toi

11/11/2014

Top Ten Tuesday ≠18

Top Ten Tuesday
Les 10 livres que vous aimeriez relire un jour

Qu'on se le dise, je relis toujours les livres que j'aime, je les lis et relis. Pourquoi, alors qu'on a toujours une PAL qui déborde ? Eh bien, pour moi personnellement, relire mes livres doudous, c'est prendre une bouffée d'air, comme quand on quitte ses vêtements trop serrés pour enfiler un vieux jogging tout pourave. J'ai beau adorer découvrir de nouveaux univers, il y a des moments où j'adore me plonger dans une histoire que je connais, où je sais tout ce qui se passe mais où je suis quand même surprise. Récemment, j'ai eu beaucoup moins de temps pour relire les livres que j'ai aimé, alors voici la liste de ceux que j'aimerai relire :



Ruth, Elizabeth Gaskell
Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l'atelier de couture de Mrs Mason. Lors d'un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales.
Jugée « fille perdue », Ruth est congédiée. Elle se réfugie au Pays de Galles avec Bellingham qui l'abandonne dès qu'il apprend qu'elle est enceinte.
Tentée de se suicider, elle est recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l'aiment et la respectent. La faisant passer pour veuve afin de lui éviter la disgrâce, ainsi qu'à son futur enfant, ils parviennent à la faire entrer au service d'un homme d'affaires, Mr Bradshow. Mais le retour de Bellingham menace son secret...
Avec Ruth, Elizabeth Gaskell trace le portrait émouvant d'une jeune victime de l'hypocrisie victorienne, toujours sûre de son bon droit et de ses préjugés.


Ça peut pas rater !, Gilles Legardinier
- J'en ai ras le bol des mecs ! Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir !
Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d'un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers.
La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. A présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. A partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume.


Dans le grand cercle du monde, Joseph Boyden
Trois voix tissent l'écheveau d'une fresque où se confrontent les traditions et les cultures : celle d'un jeune jésuite français, d'un chef de guerre huron, et d'une captive iroquoise.
Trois personnages réunis par les circonstances, divisés par leur appartenance. Car chacun mène sa propre guerre : l'un pour convertir les Indiens au christianisme, les autres, bien qu'ennemis, pour s'allier ou chasser ces « Corbeaux » venus prêcher sur leur terre. Trois destins scellés à jamais dans un monde sur le point de basculer.


La dernière fugitive, Tracy Chevalier
Quand Honor Bright se décide à franchir l'Atlantique pour accompagner, au cœur de l'Ohio, sa sœur promise à un Anglais fraîchement émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence.
Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse ; rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier. Sa sœur emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol américain, Honor se retrouve seule sur les routes accidentées du Nouveau Monde. Très vite, elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur. Parmi eux, Donovan, «chasseur d'esclaves», homme brutal et sans scrupules qui, pourtant, ébranle les plus profonds de ses sentiments. Mais Honor se méfie des voies divergentes.
En épousant un jeune fermier quaker, elle croit avoir fait un choix raisonnable. Jusqu'au jour où elle découvre l'existence d'un « chemin de fer clandestin », réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada.


Trois mille chevaux vapeurs, Antonin Varenne
Birmanie, 1852. Arthur Bowman, sergent le la Compagnie des Indes orientales est choisi pour accomplir une mission secrète durant la 2e guerre anglo-birmane. Mais l'expédition tourne mal et les hommes sont capturés et torturés pendant plusieurs mois. Seuls dix d'entre eux en sortiront vivants.
Londres, 1858. Alors qu'il se noie dans l'opium et l'alcool, luttant avec ses fantômes, Bowman découvre dans les égouts le cadavre d'un homme mutilé. La victime semble avoir subi les mêmes sévices que ceux qu'il a endurés dans la jungle birmane.
Persuadé que le coupable est l'un de ses anciens compagnons de captivité, Bowman décide de partir à sa recherche. Une quête qui s'achèvera douze ans plus tard, en 1864, sur les rives d'un autre continent.
À l'Ouest. Où une autre guerre a éclaté. Le chemin qui le mènera à la vérité sera aussi celui de sa rédemption.


L'étrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman
Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s'il n'avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d'une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu'un va attirer Nobody au-delà de l'enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l'éliminer depuis qu'il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux...


Avant toi, Jojo Moyes
Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c'est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l'Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d'apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C'est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis.


Le chapiteau vert, Ludmila Oulitskaïa
Trois amis deviennent dissidents par amour pour la littérature : Ilya, Sania et Micha font connaissance à l'école où ils sont les souffre-douleur d'autres camarades, plus grands ou plus forts. Car Ilya est laid et pauvre ; Sania un musicien fragile ; quant à Micha, il est juif. Le soutien de leur professeur de lettres est essentiel pour les trois amis, en cette Union Soviétique qui vient de vivre la mort de Staline et où chacun doit se positionner par rapport au pouvoir. Ilya documente ces années mouvementées en prenant des photos, tandis que Micha se rapproche du samizdat. Et lorsque Micha est dénoncé et déporté dans un camp, c'est Sania qui se charge de s'occuper de sa femme et de son enfant. Dans une vaste fresque qui plonge le lecteur au milieu de la tragédie soviétique, Ludmila Oulitskaïa sait tirer le meilleur profit de son immense talent de conteuse pour évoquer aussi bien la grandeur des hommes mus par le courage, les idéaux et l'amour, que les horreurs de la lâcheté, de la trahison et de la violence politique. Un magnifique roman dans la grande tradition russe.


Le prisonnier du ciel, Carlos Ruiz Zafón
Barcelone, 1957. Les membres de la librairie Sempere & fils - Daniel, sa femme Béa, son père et son complice de toujours, Fermín Romero de Torres - s'apprêtent à célébrer Noël. Fermín prépare son mariage, pourtant quelque chose le tourmente. Malgré l'insistance de Daniel, il refuse de se confier. Tout change le jour où un inquiétant personnage se présente à la librairie. Après avoir acheté une édition rare du Comte de Monte Cristo, il la dédicace à Fermín.
Mais pourquoi signe-t-il du patronyme de ce dernier ? Et quels sont ces secrets qu'il menace de dévoiler ? Poussé dans ses retranchements par Daniel, Fermín lève le voile sur les années les plus terribles de son existence.


Le Fou et l'Assassin, Robin Hobb
Fitz, l'assassin royal, est à la retraite et coule des jours paisibles, entouré de sa femme Molly et de ses enfants. Un soir, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s'enfuient dans une tempête de neige, tandis qu'une messagère disparaît soudainement sans avoir remis son message à Fitz. Quinze ans plus tard, Fitz se désole de n'avoir aucune nouvelle du Fou...