06/05/2015

Les Ferrailleurs, Tome 1, de Edward Carey

Les Ferrailleurs, Tome 1
Le Château

Edward Carey



Au milieu d'un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, assemblage hétéroclite d'objets trouvés et de bouts d'immeubles prélevés à la capitale, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod, notre jeune héros, a ainsi reçu une bonde universelle – et, pour son malheur, un don singulier : il est capable d'entendre parler les objets, qui ne cessent de répéter des noms mystérieux...
Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît ; les murmures des objets se font de plus en plus insistants ; dehors, une terrible tempête menace ; et voici qu'une jeune orpheline se présente à la porte du Château...


J'ai d'abord été attirée par la couverture, que je trouve absolument magnifique. Mais aussi par ce résumé, décidément très accrocheur.
A Londres, dans un océan de détritus, le Château est la demeure ancestrale des Ferrayor. Un gigantesque puzzle architectural, abritée depuis des générations par une famille plus qu'étrange. L'un de leurs rites est que chacun, à sa naissance, reçoit un objet particulier, et ne doit s'en séparer sous aucun prétexte. Nous allons suivre Clod Ferrayor, un jeune garçon de 15 ans, qui a la capacité d'écouter les objets parler. Sa vie devient encore plus bizarre le jour où une poignée de porte, l'objet de naissance de la tante Rosamund, disparait... Dans le même temps, une jeune orpheline, Lucy Pennant, est accueillie au château pour être une des nouvelles servantes.

Donc, deux personnages, deux histoires. Clod est en période d'attente, entre l'enfance et l'âge adulte. Il va bientôt porter un pantalon (réservé aux adultes) et se marier avec une de ses cousines éloignées. La famille Ferrayor ne se marie qu'avec des membres de sa famille et reste éloignée du « commun » des personnes. Avec son objet de naissance, une bonde nommée James Henry Hayward, le seul ami qu'il ait est son cousin, Tummis Ferrayor, jugé étrange parce qu'il collectionne les insectes et n'a toujours pas son pantalon d'adulte. Mais bientôt, l'arrivée de Lucy Pennant va tout bouleverser. C'est une jeune fille qui vivait dans un orphelinat, jusqu'à ce qu'on l'emmène au Château des Ferrayor en lui disant qu'elle a du sang impur de la famille et qu'elle doit être au service des sangs purs. Elle va devoir nettoyer le Château en compagnie des autres servantes, mais tout en restant très différente d'elles : elle a sa propre identité et ne se laisse pas engloutir par la personnalité des Ferrayor. La rencontre entre ces deux personnages va être pour le moins explosive, et leur relation est vraiment intéressante !
Comme je le disais, j'ai été attirée d'abord par le très beau visuel de ce livre, qui est presque un objet de décoration. Edward Carey, en plus de nous livrer une histoire fascinante, nous présente dans Les Ferrailleurs une belle collection d'illustration, faite par lui-même. Le lecteur va avoir droit à une galerie de portrait des personnages, en noir et blanc, nous montrant les personnages, très pâle et maladif, avec leur objet de naissance. Mais il y a également des illustrations du Château, ce qui permet de nous situer parfaitement dans les lieux et d'en savoir plus sur ce lieu mystérieux. Mais en plus Edward Carey présente non seulement des personnages et des lieux époustouflants, mais aussi quelque chose de bien plus profond. Les Ferrailleurs est une critique de la société anglaise, ni plus ni moins. Il y a des codes, des coutumes, ceux qui ne les respectent pas sont déchus de la société et de leur droit.
Le Château est un excellent premier tome, et je voudrais que la suite soit déjà là ! N'hésitez pas à vous y plonger, c'est une lecture passionnante.




Les Ferrailleurs, Tome 1 : Le Château
Les Ferrailleurs, Tome 2 : Le Faubourg



Logo Livraddict

9 commentaires:

  1. Oh ca a l air super sympa! :) J adore la couverture aussi!

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que la couverture attire l’œil! L'univers du livre a l'air vraiment original en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout mais c'est vrai que l'originalité de la couverture attire tout de suite et l'histoire a l'air vraiment sympa aussi !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé du fait de son caractère très spécial/original ^^

    RépondreSupprimer
  5. J'ai souvent vu ce livre, et j'ai très envie de me lancer! :)

    RépondreSupprimer
  6. Je l'avais déjà repéré grâce à Léa TouchBook, et là tu enfonces le clou pour me convaincre totalement !!! Vite, je n'ai plus une minute à perdre... Merci ;)

    RépondreSupprimer
  7. La couverture est superbe *_* Et ta chronique est ultra tentante ! Je note !

    RépondreSupprimer
  8. Cette série m'intrigue et je suis bien d'accord, le visuel est vraiment attirant, ça évoque l'univers Burtonien <3

    RépondreSupprimer
  9. Je suis trop contente qu'il soit sorti en poche, l'univers à l'air extra

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !