30/06/2015

Rose Morte, Tome 3, de Céline Landressie

Rose Morte, Tome 3
Flétrissures

Céline Landressie



Lu dans le cadre du challenge Un mois = Une consigne.
(Mois de juin)





France, milieu de XXe siècle.
Le monde mortel se délite en livrant bataille au IIIème Reich, dont la violence et la cruauté sont sans équivalent. Malmenée par ces horrifiantes évolutions, la société obscure se débat simultanément dans ses propres dissensions. Loin de s'apaiser, les conflits qui la secouent ont gagné en ampleur, amenant un improbable triumvirat composé d'Artus, Olaf et Raugmundr, a des décisions drastiques.
Mais les choses prennent une fâcheuse tournure. En dépit des injonctions de son mentor, Rose n'a alors d'autre alternative que se jeter dans une course contre la fatalité...



Après avoir dévoré La Floraison et Trois Épines, je suis à peine arrivée aux Imaginales que je bondissais sur le troisième tome de Rose Morte, tant j'étais impatiente de lire la suite !
Rose et ses compagnons font face à une nouvelle menace : celle du IIIème Reich, dont la cruauté et la violence ne vont épargner personne, pas même les Immortels. Qui ont déjà fort à faire avec leurs propres problèmes, inconnu des mortels. Artus, son frère et Olaf décident de mener à bien une mission très particulière, laissant Rose de côté. Mais quand des nouvelles inquiétantes lui parviennent, la jeune femme n'a pas d'autres choix que de lancer sur leurs traces.
Les deux premiers tomes de Rose Morte sont vraiment exceptionnels et nous entrainent dans une course d'émotions et de péripéties. Céline Landressie allait-elle autant jouer avec nos nerfs dans ce troisième tome ? Eh bien, oui ! Déjà, l'ambiance est parfaitement retranscrite : après l'Angleterre Élisabéthaine, la Révolution Française, nous nous retrouvons maintenant dans l'horreur du mouvement nazi. J'avoue que certaines descriptions font froid dans le dos ! Mais outre ces mille petits détails sur la période historique, rien n'ait laissé au hasard concernant les personnages. Tous ont évolués depuis La Floraison, mais ils restent malgré tout identiques à leur nature profonde dans Flétrissures. Rose est toujours aussi impétueuse, bien déterminée à frayer son chemin et à ne pas être considérée comme une petite chose fragile. Ce qui n'est pas toujours évident lorsqu'on a un mentor soucieux de sa sécurité ! Les deux frères sont toujours aussi charismatiques et intéressants (évidemment !), Artus reste souvent impénétrable et mystérieux, je ne sais jamais trop sur quel pied danser avec lui. De son côté, Adelphe est charmant, plus ouvert que son frère et vraiment prêt à tout pour rapprocher les différentes personnes de son monde. J'aime toujours autant Vassili, que je préfère presque aux frères (hérésie !), mais qui est tellement passionnant, tellement profond... Il s'impose de plus en plus, et devient vraiment l'un des personnages principaux, contrairement au tome précédent où il était plus effacé.
Un petit mot très rapide sur la fin – sans spoiler ! – mais qui m'a laissé proprement bouche bée. Mais POURQUOI, enfin ? Il est intolérable de nous laisser sur une fin pareille, c'est proprement inhumain ! Céline Landressie a réussi à faire une histoire encore plus passionnante que les précédentes, et a toujours cette écriture passionnante, touchante et addictive. Elle frappe encore plus fort !
Un petit mot en passant : Céline Landressie a annoncée quitter la maison d'édition L'Homme Sans Nom, à cause de nombreux différends. Elle rejoint ainsi Magali Villeneuve (auteur de La Dernière Terre) et est accompagnée d'Alexis Flamand (Le Cycle d'Alamänder). Je tiens à faire savoir que je vais continuer bien évidemment à Céline Landressie et Alexis Flamand, peu importe où, et leur souhaite bon courage !
Sur ce, n'hésitez surtout pas à vous plonger dans Rose Morte, une petite pépite !




Rose Morte, Tome 1 : La Floraison
Rose Morte, Tome 2 : Trois Épines
Rose Morte, Tome 3 : Flétrissures



Chroniques en + : l'avis de Bouchon et Supy !

29/06/2015

In my mailbox - Spécial Anniversaire


Les amis


De la part de Blondinette :


- Avant de t'oublier, Rowan Coleman
Claire mène une vie heureuse en compagnie de son mari et de ses deux filles. Mais son bonheur est de courte durée : elle découvre qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer.
Sa mémoire part à la dérive, et elle oublie ce qu'elle croyait gravé en elle pour toujours. Pour lutter contre sa disparition, son mari lui offre un carnet dans lequel elle notera tout ce qu'elle n'a pas encore oublié. Une façon de faire comprendre à ses filles que même si ses jours sont comptés, la vie a encore de beaux jours devant elle.


- Lady Susan, Jane Austen
Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle sans scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question...


De la part de LFQLSD :

- Aristotle and Dante Discover The Secrets Of The Universe, Benjamin Alire Saenz
Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.

La famille



- Meurtre en la majeur, Morley L Torgov

Dans l'Allemagne du XIXe siècle, les compositeurs étaient ce que sont les rock stars aujourd'hui : célèbres, courtisés, jalousés, entourés d'admirateurs et d'ennemis. Alors, quand un des nombreux parasites qui constituent l'entourage de Robert et Clara Schumann est assassiné dans d'étranges circonstances, l'inspecteur Hermann Preiss de Düsseldorf tente de résoudre le mystère, ainsi que l'énigme d'un la qui s'obstine à sonner faux sur le piano de M. Schumann ou à lui bourdonner aux oreilles tel le plus terrible des acouphènes.
Sur ce la, les avis des témoins sont partagés : Liszt, Brahms, Helena, la belle violoncelliste amie de Preiss, Hupfer, l'accordeur des plus grands, chacun a quelque chose à en dire, ou à se reprocher. Avec un humour subtil, Morley Torgov nous balade dans les cercles musicaux et les soirées de Düsseldorf. Belles femmes et bijoux, jeunes arrivistes tel Liszt drapé dans sa cape noire, journaliste prêt au chantage, tout cela est vu par les yeux et raconté par la voix de l'inspecteur Preiss, vieux routard des rues sordides et des bassesses de l'âme humaine. L'accordeur est-il honnête ? Clara aurait-elle un amant ? Robert ment-il entre ses crises de démence ?


- Mes sœurs et moi, Judith Lennox

Marianne, Iris, Eva et Clémency sont les filles du métallier Joshua Maclise et de sa femme Lilian qui est invalide. Durant les tumultueuses années précédant la Première Guerre mondiale, chaque sœur se demande ce que sera son avenir.
La passionnée et timide Marianne tombe amoureuse d'un homme d'affaires, Arthur Leighton. La belle et vaine Iris s'attend à faire un bon mariage, mais ses rêves n'aboutissent pas, elle suit alors une formation d';infirmière. La vive Eva se languit de quitter sa ville natale pour devenir artiste. Seule Clémence, la plus jeune des soeurs, se retrouve coincée à la maison, à s'occuper de leur mère.
La guerre et ses tragédies séparent les quatre sœurs. Marianne quitte l'Angleterre pour une plantation de thé à Ceylan où, coupée de sa famille et à la merci du cruel Lucas Melrose, elle est obligée de se battre pour conserver sa santé mentale et sa vie. Infirmière aux services des soldats britanniques en France, Iris découvre l'amour et le chagrin. Après que son cœur eut été brisé par un artiste, Eva trouve une nouvelle voie là où elle s'y attendait le moins. La guerre libère Clémence de la tyrannie de sa mère et lui permet enfin de trouver l'amour. Seul le temps dira si les quatre sœurs seront à nouveau réunies un jour...

26/06/2015

Top Five SériesAddict ≠13

Top Five SériesAddict
Les séries à ne pas spoiler





Orphan Black
Je suis actuellement en train de regarder la saison 3, et j'ai fait une petite pause, dégoutée que j'étais qu'on m'ait spoilée un événement important arrivant à l'un des personnages... Donc, la prochaine fois que ça arrive pour cette série, je me transforme en Hulk !




Supernatural
Je suis au tout début de la saison 10, et comme pour la série précédente, je me suis fait avoir... Mais je continuerai et rien ne pourra m'arrêter !



Penny Dreadful
Il reste les deux derniers épisodes à voir, et je suis tellement impatiente... Cette deuxième saison s'avère encore meilleure que la première !




Ripper Street
J'ai attendu la saison 3 avec impatience, en particulier parce qu'elle n'était pas encore sous-titrés. Mais maintenant que j'ai tous les épisodes, je vais pouvoir m'y plonger, et avec un immense plaisir !




Hannibal
Je ne suis que tristesse, il n'y aura pas de saison 4... Donc j'attends d'avoir toute la saison 3 pour pouvoir la savourer d'un coup. Du coup, je vais tâcher de rester au dehors des sites pour éviter tout spoiler.

25/06/2015

Le Protectorat de l'Ombrelle, Tome 4, Gail Carriger

Le Protectorat de l'Ombrelle, Tome 4
Sans Cœur

Gail Carriger



Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois elle n'y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine !
Alexia est sur l'affaire et suit une piste qui la conduit droit dans le passé de son époux. Mais la coupe est pleine quand sa sœur rejoint le mouvement des suffragettes – choquant !, avec la dernière invention mécanique de Madame Lefoux et une invasion de porcs-épics zombies...
Avec tout ça, Alexia a à peine le temps de se souvenir qu'elle est enceinte de huit mois ! Alexia découvrira-t-elle qui tente d'assassiner la reine Victoria avant qu'il soit trop tard ? Les vampires sont-ils encore coupables, ou est-ce qu'un traitre se cache parmi eux ? Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ?





Des SPOILERS sont possibles pour ceux
qui n'ont pas lu les tomes précédents.


Je m'attaque enfin à la suite des aventures d'Alexia Tarabotti !
Comme d'habitude, Alexia va se lancer tête baissée dans une nouvelle enquête. Cette fois, c'est un fantôme qui menace la vie de la Reine Victoria. Bien évidemment, on ne peut pas laisser ça arriver. Malgré le « désagrément embryonnaire », Alexia se lance dans l'aventure, ne se laissant arrêter ni par les protestations de son mari ni par les porcs-épics zombies qui envahissent Londres. Dans le même temps, elle s'interroge sur les projets de Mme Lefoux, qui met la touche finale à sa dernière invention mystérieuse, mais aussi faire face à sa sœur qui rejoint le mouvement des suffragettes. Du pain sur la planche !
Dans Sans Cœur, on se retrouve plongés une nouvelle fois dans cette Angleterre Victorienne, où Steampunk, inventions technologiques, créatures surnaturelles côtoient la haute et baisse société, les convenances et les tartes à la mélasse. Cette ambiance mêlant le Steampunk et le victorien est décidément ce qui m'accroche le plus à chaque lecture d'un tome du Protectorat de l'Ombrelle. Mais je dois dire que plus le temps passe, plus j'accroche avec les Maccon. Alexia, encombrée de sa grossesse presque à ton terme, est forcément un peu ronchonne, un peu limitée dans ses mouvements... Mais n'a rien perdu de son esprit acéré et de sa langue bien sentie ! Elle n'hésite pas à dire ce qu'elle pense. De son côté, son mari, qui ne se serait jamais vu père, fais de son mieux pour accepter la situation et aider au mieux sa femme, même s'il se fait un sang d'encre en la voyant se jeter au-devant du danger ! J'aime bien également la sœur d'Alexia : elle a beau être une sotte écervelée et langue de vipère, elle met au moint de l'animation à chaque fois qu'elle apparait ! Le seul point négatif, pour moi, est Mme Lefoux. Décidément, j'adhère de moins en moins à ce personnage et aimerait presque la voir apparaître dans Game of Thrones, pour la voir mourir tragiquement... Je sais bien qu'elle a des raisons pour faire ce qu'elle fait, mais quand même, elle aurait pu s'y prendre autrement.
Pour résoudre ce nouveau mystère, Alexia va crapahuter dans tous les coins de Londres, ce qui n'est pas forcément évident, quand on est enceinte et poursuivie. Cette enquête m'a vraiment plu car ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais, et ça a pris un tournant dans la série. Pour l'instant un des tomes que j'ai préféré, pour l'enquête, mais surtout pour la relation entre Alexia et Conall qui s'est intensifié, ainsi que pour les situations vraiment drôles introduites grâce au bébé. J'ai hâte de le voir arriver !
Donc, une série qui s'améliore au fur et à mesure des livres, j'ai hâte de conclure avec le dernier tome.



Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 1 : Sans âme
Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 2 : Sans forme
Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 3 : Sans honte
Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 4 : Sans cœur
Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 5 : Sans âge


 
Logo Livraddict

24/06/2015

Dites aux loups que je suis chez moi, de Carol Rifka Brunt

Dites aux loups que je suis chez moi

Carol Rifka Brunt




Lu dans le cadre du challenge Un mois = Une consigne.
(Mois d'août)
















Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis.
June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu'ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d'art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu'on n'évoque qu'à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d'amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l'ami de Finn.
Confrontée à l'incompréhension de son entourage, et à la réalité d'une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.



Encore une excellente lecture chez Buchet/Chastel !
Les années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente renfermée d'une quatorzaine d'année. Entre ses parents comptables et débordés de travail, et une sœur qu'elle a longtemps considérée comme une compagne et qui passe maintenant son temps à la faire souffrir, son seul véritable ami est son oncle Finn. Mais un jour, c'est le choc : elle apprend que Finn a le SIDA, qui lui aurait été transmis par son ami Toby.
Confronté à la mort de son oncle, June va s'effondrer et se replier encore davantage sur elle-même. Mais la rencontre avec Toby va tout changer. Cet « ami particulier » de Finn va bouleverser sa vie entière : c'est d'abord un homme qu'elle va détester, surtout à cause de sa mère. Sa mère était la sœur de Finn, et a eu beaucoup de mal à accepter sa mort et pense que c'est à cause de Toby. Mais June va être ensuite profondément jalouse de Toby, qu'elle voyait comme un rempart entre elle et Finn, elle aurait voulu que son oncle n'appartienne qu'à elle. Jude va passer par tout un tourbillon d'émotions intense, exacerbé par l'adolescence et le passage à l'âge adulte. Lorsqu'elle va accepter de rencontrer Toby, en cachette de ses parents et de sa sœur, c'est d'abord pour essayer de comprendre cet homme et la relation qu'il a eu avec son oncle, mais aussi pour le protéger – à la demande de Finn et, enfin, parce qu'elle réalise qu'elle tient énormément à Toby.

Dites aux loups que je suis chez moi est un récit de personnes. On va suivre June, une collégienne très secrète, très réservée, qui préfère s'inventer une autre vie, jouer dans les bois où elle échappe à sa famille. La seule personne auprès de laquelle elle se sente entière est Finn, puis Toby. C'est une jeune fille à laquelle je me suis profondément attachée et identifiée : elle à la fois très fragile et très forte, elle va tenter de dépasser les préjugés et les pensées de sa famille, elle est fière et aime son oncle malgré les préjugés de la société, qui pense que le SIDA est une maladie honteuse et tabou. Elle va également se dresser contre sa sœur, tout en se rappelant les bons moments passés avec elle et tenter de retrouver cette intimité perdue. Finn n'est pas le personnage le plus présent, mais son ombre plane tout au long du récit et tout tourne autour de lui. Avec June, c'est clairement le personnage de Toby qui m'a le plus émue et tirée des larmes. Rejeté par la majorité des personnes qu'il rencontre, il y a eu peu d'occasion d'avoir des échanges véritables, de trouver l'amour et l'amitié... A cause (ou grâce ?) à lui, j'ai eu l'occasion d'éprouver ce que c'est d'être rejeté à cause d'une maladie et d'une sexualité qui est – encore aujourd'hui – très mal accepté. L'amitié qu'il va développer peu à peu avec June est l'une des plus belles relations et l'une des mieux décrites, le point central du récit. D'abord à ses côtés pour tenter d'apercevoir encore un petit peu Finn, June va ensuite s'attacher profondément à lui, et inversement. Cette amitié va les changer en profondeur, les bouleverser, et nous avec ! L'autre relation très importante du récit, après June/Finn et June/Toby, c'est la relation June/Greta. Tous ceux qui ont des frères et sœurs savent que cela peut parfois être dur ! La relation entre les deux sœurs est à la fois très sombre et très belle, parfaitement bien décrite.
Donc, comme vous le voyez, un vrai intérêt pour tous ces personnages, tous plus captivants les uns que les autres. Mais l'histoire de Carol Rifka Brunt n'est pas en reste ! Certes une fiction, mais une fiction tout à fait réaliste. Dites aux loups que je suis chez moi traite de sujets de société, toujours d'actualité aujourd'hui : le SIDA, l'homosexualité, le rejet, l'incompréhension, l'amour qu'on ne « devrait » pas ressentir... Mais l'amour, l'amitié, la chaleur et la compréhension sont tout aussi présents, magnifiquement décrits.

J'ai dû mal à expliquer avec précision pourquoi ce livre a été un tel coup de cœur et j'aimerais avoir une plume magique pour vous faire passer toutes les émotions que j'ai ressentie. Je peux seulement vous dire que Dites aux loups que je suis chez moi a été un tourbillon d'émotions, un pur concentré de lecture, un grand bonheur mais aussi une grande tristesse. Un de mes derniers coups de cœur, et un livre que je vais sans doute relire très prochainement, une fois que j'aurais pris un peu de recul !
Merci à Buchet/Chastel et à Carol Rifka Brunt pour ce roman, je ne que vous conseiller Dites aux loups que je suis chez moi !






Chronique en + : l'avis de My Pretty Books !

23/06/2015

Top Ten Tuesday ≠34

Top Ten Tuesday
Les 10 noms de personnages que vous vous verriez bien donner à vos enfants


Les filles





- Althéa
Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb





- Elizabeth
Orgueil et Préjugés, Jane Austen
















- Ravenn
L'Héritage des Rois-Passeurs, Manon Fargetton

















- Aileen ou Noony
Au-delà de l'Oraison, Samantha Bailly

















- Erine
La Fille-Sortilège, Marie Pavlenko


















Les garçons





- Nathaniel
La Trilogie de Bartiméus, Jonathan Stroud
















- Sirius
Harry Potter, J.K Rowling

















- Curran
Kate Daniels, Ilona Andrews

















- Iorek
A la Croisée des Mondes, Philip Pullman

















- Johannes
Miniaturiste, Jessie Burton

21/06/2015

Kingdom - Saison 1 (Audience Network)


Fiche technique

Créée par Byron Balasco
Nationalité : américaine
Genre : Drame
Statut : en production
Chaîne d'origine : Audience Network (Direct TV)
Renouvelée pour une saison 2











Synopsis

Kingdom est un drame familial dont l'action se déroule dans le quartier de Venice à Los Angeles. La série sombre et violente suit une famille qui évolue dans le milieu du mixed martial arts. On y suit leurs addictions et leurs relations tumultueuses.

Distribution

Frank Grillo : Alvey Kulina
Kiele Sanchez : Lisa Prince
Matt Lauria : Ryan Wheeler
Jonathan Tucker : Jay Kulina
Nick Jonas : Nate Kulina
Joanna Going : Christina Kulina


Épisodes


Première saison (2014)
1- Set Yourself on Fire
2- Glass Eye
3- Piece of Plastic
4- Flowers
5- Eat your own cooking
6- Please refrain from crying
7- Animator/Annihilator
8- The Gentle Slope
9- Cut Day
10- King Beast


Mon avis

Parfois, il faut peu de choses pour me faire commencer une nouvelle série. Par exemple, qu'on me dise ici : MMA, Frank Grillo ou Jonathan Tucker, et je suis partie sur les chapeaux de roues !
Donc, Kingdom, qu'est-ce qu'est ? Une série américaine, créé par Byron Balasco et diffusée sur Audience Network, et qui nous plonge dans l'histoire tumultueuse d'une famille dans le milieu de MMA. Ça vous parle, n'est-ce pas ? Il faudrait peut-être, avant que j'aborde l'histoire plus en détail, que je vous parle un peu du MMA.
Le MMA, Mixed Martial Arts, est un sport de combat, qui mélange des sports comme le pugilat ou la lutte, ce qui en fait un sport de combat plutôt complet, étant donné qu'il y a des techniques de percussions (pied, poing, genou, coude), de projection et de soumission, aussi bien donc sur ses deux pieds qu'au sol. C'est un art martial qui a souvent été assez décrié, étant donné qu'il peut être extrêmement violent. Mais il devient aujourd'hui de plus en plus populaire et médiatisé, devenant un des arts martiaux les plus « en vogue ». On peut le constater par l'émergence des films qui lui sont consacrés (Warrior, Never Back Down...) ou les compétitions de plus en plus regardés. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez commencer par lire l'article sur Wikipédia, par exemple. Une fois cette parenthèse fermée, nous allons suivre la famille Kulina, composée d'Alvey Kulina (Frank Grillo), son ex-femme Christina Kulina (Joanna Going), et leurs deux enfants, Jay Kulina (Jonathan Tucker) et Nate Kulina (Nick Jonas). Il y a également Lisa (Kiele Sanchez), la compagne actuelle d'Alvey, ainsi que Ryan Wheeler (Matt Lauria). Chacun des personnages semblent avoir une faille, des blessures... Comme Christina, devenue une droguée et prostituée. Nate doit se remettre de blessures importantes qui l'empêchent de combattre. Ryan, un ancien combattant, vient de sortir de prison et lutte pour se remettre dans le droit chemin. Jay a une relation conflictuelle avec son père, consomme de la drogue et n'est pas très fiable... Alvey lutte pour être un bon père pour Jay et Nate, deux frères très proches mais très différents l'un de l'autre. Tous les deux très doués, Jay est une véritable tête brulée tandis que Nate est un calme, très renfermé. Une belle brochette de personnages, avec des relations pour le moins volcaniques, et où on attend de voir lequel craquera le premier !
Un mot en particulier au sujet de l'un des acteurs : Jonathan Tucker. Clairement l'un des meilleurs ! Il campe un personnage toujours au bord de la rupture, son passé ne semble qu'une suite d'erreurs, mais dont il cherche à tirer profit et enseignements. Malgré sa dérive, il tient à se remettre sur les rails et semble être finalement le plus équilibré de sa famille. Il a fait et continuera à faire des erreurs, mais il tient à les assumer, à les revendiquer et si possible à ne plus les refaire. Mais si jamais il fait un écart, il le reconnait franchement ! Jonathan Tucker joue un rôle tout en sensibilité, très délicat, ce n'est pas un simple personnage que ce rôle, il l'incarne vraiment. On ne peut pas s'empêcher de l'aimer, et c'est définitivement celui que je préfère ! A la fois fort et faible, il a ses failles et ses compétences, bref il se démarque vraiment.
L'addiction est un des thèmes récurrents de cette série, que ce soit avec la consommation de drogues de Ryan qui l'a mené en prison, les médicaments pris pour se booster ou pour guérir plus vite, les drogues consommées par Christina et Jay... Kingdom a beau se passer dans le milieu violent des arts martiaux, c'est avant tout une histoire de famille et de personnes. C'est une série très sombre, très torturée, les blessures faites sur le ring cachent seulement les plus importantes : celle de l'âme.
Des personnages et des thèmes très forts et très bien traités, mais la réalisation est également impeccable.

Une caméra à l'épaule, qui se colle aux corps pour ne rien perdre, ce qui rend presque un effet documentaire. Un visuel et une photographique magnifique, des performances à la fois physiques et d'acteurs talentueux, et des combats magnifiquement chorégraphiés. Kingdom fait partie de ces excellentes surprises, et j'attends la saison 2 avec une très grande impatience !
Un drame réussi, qui ne sombre pas dans la facilité, un pari gagnant !

19/06/2015

Top Five SériesAddict ≠12

Top Five SériesAddict
Les meilleures séries de super héros

Même si j'ai vu davantage de films de super-héros que de séries, il y a un ou deux "classiques" que j'ai pris plaisir à voir !

- Gotham
Parce que Batman quoi ! Juste un de mes héros préférés ! Bon cette série n'est pas un coup de cœur, il lui manque cette petite étincelle pour faire la différence, mais elle loin d'être inintéressante à regarder, au contraire ! Voir la jeunesse de certains personnages emblématiques de Batman est juste jouissif, et je suis tellement amoureuse d'Alfred...


- Daredevil
Pour tout vous dire, je détestais ce personnage depuis le film de 2003 avec Ben Affleck. Sérieusement, qu'est-ce qu'il s'est passé avec ce film ?! Donc, du coup, lorsque Netflix a démarrée cette nouvelle série, j'étais plus que dubitative. Mais après les deux ou trois premiers épisodes, j'ai accrochée ! Je pense pouvoir dire que je continuerai la suite avec plaisir!


- Heroes
Des saisons inégales, mais toutes de très bonnes qualités. Je suis curieuse de voir ce que va donner Heroes Reborn. Des personnages attachants, une intrigue palpitante, je la revois toujours avec plaisir !


- Batman (Animé, 1992)
J'avoue : ENCORE un Batman ! Mais c'est le dessin animé de mon enfance, mais c'est le meilleur !


- Marvel's Jessica Jones
J'avoue, je triche (encore) : cette série n'est pas prévue pour tout de suite. Mais j'étais à court d'idées, et cette série m'a l'air plutôt prometteuse. Je ne suis pas une experte de cette héroïne, mais ça va être l'occasion de faire connaissance, et puis il y a David Tennant !




Smells like Chick Spirit

18/06/2015

Le Cimetière des Livres Oubliés, Tome 1, de Carlos Ruiz Zafón

Le Cimetière des Livres Oubliés, Tome 1
L'Ombre du vent

Carlos Ruiz Zafón



Coup de



Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés.
L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers.

Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets, enterrés dans l'âme de la ville : L'Ombre du vent.



Prêt pour une plongée dans un univers particulier ?
L'Ombre du Vent se situe dans les années d'après-guerre, à Barcelone. Quelques temps après la fin de la guerre en 1945, Daniel Sempere est un jeune garçon. Se réveillant d'un cauchemar, Daniel est emmené par son père au Cimetière des Livres Oubliés, une immense bibliothèque secrète. Selon la tradition, chaque nouvel arrivant doit choisir un livre – et un seul – pour en prendre soin. Daniel va choisir L'Ombre du Vent de Julián Carax, qu'il va lire en une nuit. Fasciné par cet auteur qu'il ne connaissait pas, il va tenter de découvrir d'autres livres. Cependant, une personne mystérieuse du nom de Laïn Coubert semble avoir un pas d'avance sur lui et a réussi à obtenir tous les livres de Julián Carax pour les brûler...
Stimulé par ces énigmes, Daniel va se lancer dans une véritable enquête littéraire. Au cours des années suivantes, le petit garçon va grandir et devenir adolescent. Au cours de ces années, il va découvrir des éléments de la vie de Julián Carax, va vivre des amours et amitiés au cours du lycée, tomber amoureuse d'une femme plus âgée, et rencontrer Fermin Romero de Torres, un vagabond prétendant avoir été un espion, un agent secret et plus encore. Ému par ce personnage, Daniel va emmener Fermin à la librairie où il travaille avec son père, le convaincant d'embaucher Fermin. Qui va se révéler un extraordinaire libraire, capable de vendre et trouver n'importe quels livres ! Mais Daniel va faire une autre rencontre, beaucoup moins plaisante : l'inspecteur Fumero, ennemi acharné de Julián Carax.
L'Ombre du Vent est un de ces livres que j'ai découvert totalement par hasard. Je traînais dans une de mes librairies préférées lorsque j'ai été attirée par le livre. J'ai lu le résumé, et là je me suis dit : « Il me le FAUT ! ». Acheté et dévoré dès le lendemain ! Entre-temps, L'Ombre du Vent a été traduit en 36 langues différentes, est devenu un best-seller et a été vendu à plus de douze millions d'exemplaires. Et c'est totalement mérité ! C'est un de ces livres qui m'a vraiment marqué, et pour toujours. Je le relis régulièrement, et toujours avec le même plaisir et la même fascination. Comme le disais une critique : « lisez trois pages, vous ne pourrez plus vous en détacher. » Dès les premiers mots, j'ai été embarquée dans une histoire si merveilleuse que j'ai refermé le livre en pleurant. Il y a de l'amour, de l'amitié et de l'espoir, mais aussi de la souffrance, des drames et des désillusions. La vie, quoi ! L'Ombre du Vent est une véritable pépite, plus qu'un plaisir, c'est une révélation ! Roman d'apprentissage, quête de vérité, enquête... Carlos Ruiz Zafón sait parfaitement y faire pour nous emmener dans une histoire foisonnante, avec de multiples rebondissements et intrigues emboités les unes dans les autres, à la façon des poupées russes. L'Ombre du Vent sonne très juste et tient ses promesses jusqu'à la fin, qui se finit en apothéose.
Outre cette histoire magnifique, l'autre point fort tien également aux personnages. Le personnage principal, Daniel, que l'on suit de l'enfance à l'âge adulte, est un adolescent touchant, parfois énervant, mais auquel je me suis vraiment identifié, parce que j'ai pu réagir comme lui parfois ! Son père est l'un des plus touchant et les plus tristes, c'est celui qui m'a le plus ému. Il y a également des personnages de femmes très fort, que ce soit Bea, Nuria ou Clara. Chacune attachante à sa façon, j'ai une préférence pour Bea, très forte, déterminée, et en même temps très fragile parfois lorsqu'elle tomber son bouclier. Julian Carax est une énigme, on ne saura jamais tout de lui, même à la fin. Certaines révélations le concernant ont été étonnantes, surprenantes ou triste, on ne peut pas dire que sa vie ait été facile, mais cela l'a rendu encore plus complexe et intéressant. Mais LE personnage, c'est bien sûr Fermin Romero de Torres. Encore un dont la vie a été parsemé d'énigmes et de faits non résolus ! Il apporte une vraie touche de fraîcheur et de sagesse, il a toujours une sentence ou une vérité à la bouche, comme ces deux citations que j'apprécie particulièrement : « L'homme, en bon simien, est un animal social, et ce qui prime en lui c'est le copinage, le népotisme, le piston et le commérage comme mesure intrinsèque du comportement éthique. C'est purement biologique. », « Les gens caquettent à qui mieux mieux. L'homme ne descend pas du singe, il descend de la poule. » Donc un de mes personnages préférés !
L'ambiance est très particulière. Se situant après la guerre, il y a toujours cette brume de désespoir et de
découragement qui pèse sur la ville, aussi légère et présente que la brume. Mais Barcelone a également cette magie qui se fait sentir. Pour avoir déjà visitée cette ville, j'ai eu l'impression de m'y retrouver une nouvelle fois. Les décors se sont animés devant mes yeux, et je pouvais m'y promener aux côtés de Daniel et Fermin, ce qui m'a donné très envie de m'y rendre encore ! Une atmosphère parfois pesante, souvent sombre, et toujours magique ! On y rentre sans faillir, Carlos Ruiz Zafón est un magicien des mots et des sentiments, on ne peut que se laisser prendre ! Le lieu qui m'a le plus fascinée est le Cimetière des Livres Oubliés, et je me suis souvent surprise à chercher quelque chose de similaire à Paris, dans l'espoir un jour de tomber sur mon Cimetière, cette nécropole de livres où j'aurais le droit de choisir mon livre. La prochaine fois que je visiterai Barcelone, je me promènerai dans les traces de pas des personnages, pour retrouver un peu de cette magie.
L'Ombre du Vent est un livre magnifique, vibrant, et devenu un de mes livres de chevet. Je ne peux pas m'empêcher de le faire passer et découvrir au plus de personnes possibles, il ne faut surtout pas passer à côté de ce roman !
Que dire de plus sur L'Ombre du Vent ? Qu'il faut le lire, absolument, et TRÈS vite !


Il y a des prisons pires que les mots.


Les livres sont des miroirs, et l'on n'y voit que ce qu'on porte en soi-même.



Garde tes rêves.
Tu ne peux jamais savoir à quel moment tu en auras besoin.


L'art de la lecture meurt de mort lente, que c'est un rituel intime, qu'un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares.



Le Cimetière des Livres Oubliés, Tome 1 : L'Ombre du vent
Le Cimetière des Livres Oubliés, Tome 2 : Le Jeu de l'ange
Le Cimetière des Livres Oubliés, Tome 3 : Le prisonnier du ciel



Logo Livraddict