30/06/2016

Fabrika, de Cyril Gely

Fabrika

Cyril Gely



Blessé au cours d'une fusillade entre Russes et séparatistes, Charles Kaplan, photographe de guerre, se retrouve dans un hôpital de Kiev.
L'homme qui l'accompagnait est mort et son cadavre s'est mystérieusement volatilisé. Tout comme sept autres corps... Kaplan se lance dans une enquête effarante hantée par l'ombre d'un homme : Terek Smalko, chirurgien auréolé d'une légende noire. Et par deux mots sibyllins : Fabrika böbrekler, " l'usine à reins ".
Un thriller remarquablement orchestré et documenté qui nous plonge, de Prague à Bucarest, de Shanghai à Ankara, au cœur d'une réalité aussi terrifiante que vraisemblable.



Merci à Albin Michel !
Charles Kaplan est photographe de guerre. Son métier l'entraine donc nécessairement dans des endroits dangereux, où il peut être blessé ou tué. Son actuelle mission : l'affrontement entre les Russes et les séparatistes à Kiev. Blessé lors d'une fusillade, il se retrouve à l'hôpital. L'homme qui l'accompagnait est décédé, mais son cadavre, au lieu d'être à la morgue comme il se doit, s'est envolé...
Fabrika va narrer la course-poursuite de Charles Kaplan pour découvrir la vérité. On nous entraine dans différents pays, différentes villes, pour tenter de démasquer un réseau complexe, surmonté par l'ombre d'un médecin de talent et des mots « l'usine à reins ».
Dès la lecture du résumé de Fabrika, j'ai été intriguée : photographe, guerre, disparition de cadavres, les idées suscitées par ces absences... Il n'en fallait pas plus pour que je me lance dans ce roman ! Et j'ai bien fait, car Cyril Gely nous raconte une histoire très intéressante. On s'éloigne des personnages classiques des romans policiers, pas d'inspecteurs ou de détectives torturés, mais un reporter de guerre. Pour être amatrice de photo, c'était déjà un très grand point positif ! Et malgré tout mon amour pour les mots, il vaut parfois mieux une image frappante qu'un grand discours. Même si être photographe m'intéresserait, l'être en temps de guerre serait peut-être trop pour moi. Même si la possibilité de témoigner sur des conflits ou des événements laissés dans l'ombre est quelque chose d'intéressant et de nécessaire !
Fabrika reprend certains sujets déjà traité – mais quel sujet n'a pas déjà été traité d'une manière ou d'une autre ? – mais Cyril Gely parvient à nous accrocher et à nous faire suivre notre héros dans toutes ses pérégrinations. N'étant pas policier, il ne peut qu'utiliser sa carte de presse et son métier de photographe pour enquêter, ce qui nécessite souvent de circuler entre deux eaux ou dans des bas-fonds pas toujours très légaux. Le fait de voir l'action à travers l'objectif de l'appareil photo permet d'avoir un point de vue différent et bienvenu. Charles Kaplan est souvent casse-cou, assez téméraire, mais surtout bien décidé à faire jaillir la lumière sur certaines vérités restées trop longtemps dans l'ombre. Je me suis rapidement attaché à ce personnage, très bien décrit et criant de réalisme.
De fil en aiguille, on se retrouve dans différents lieux, également très réalistes, dans une enquête simple mais bien ficelée du début à la fin, aux côtés de personnages tous plus réels les uns que les autres. Une histoire servie par un style efficace, un rythme haletant et une plume captivante. Sans m'en rendre compte, j'ai fini Fabrika, décidément un ouvrage plus que prenant !



C'est toujours pareil : quel que soit le conflit,
les victimes, les survivants attendent de nous, les journalistes,
qu'on témoigne, qu'on raconte. Aux quatre coins de la planète,
chaque photo prise est un instant volé à l'oubli.


Chronique en + : l'avis de Cafards at Home !













Challenge : 50 romans en 2016

28/06/2016

Les Ferrailleurs, Tome 2, de Edward Carey

Les Ferrailleurs, Tome 2
Le Faubourg

Edward Carey






Rien ne va plus depuis que le Château de l'extravagante famille Ferrayor a croulé sous l'assaut des objets rendus à la vie. Le jeune Clod, ayant perdu forme humaine, erre de ruelles en échoppes dans une ville ravagée par la crasse et la pauvreté ; sa complice Lucy Pennant, elle, est ensevelie sous les décombres du manoir, où elle fait la rencontre d'une créature aussi monstrueuse qu'attachante. Pourchassés, nos deux héros vont devoir se réunir pour déjouer les plans de Grand-Père Umbitt, qui règne en tyran sur le peuple asservi du Faubourg.


Ayant dévoré Le Château, je ne pouvais pas manquer Le Faubourg dès sa sortie !
Le Château des Ferrayor croule sous les objets revenus à la vie. Clod a perdu sa forme humaine et erre dans la ville, passant de main en main sous la forme d'une pièce de monnaie. De son côté, Lucy Pennant est ensevelie sous les décombres du château et fait la rencontre d'une créature monstrueuse et attachante. Les deux amis vont devoir se retrouver s'ils veulent stopper les plans du Grand-Père Umbitt, le tyran qui règne sur le peuple asservi des faubourgs...
Edward Carey m'avait enchanté avec Le Château, je n'espérais qu'une chose : retrouver la même magie dans Le Faubourg. Et ça été le cas ! Écrit et illustré par Edward Carey, Le Faubourg nous entraine de nouveau dans cet univers complexe et incroyable. Décrit dans ses moindres détails, dense, une histoire fascinante... Que du bon avec Les Ferrailleurs ! Le premier tome est un OLNI, la suite ne fait que confirmer cette tendance.
Les personnages sont tout aussi incroyables. Clod est timide, renfermé, mais il y a une volonté de fer cachée sous son apparence inoffensive ; de son côté, Lucy a un grand cœur caché sous un caractère dynamique et sûre d'elle. Quant aux autres Ferrayor, la plupart sont hautains, orgueilleux, et soucieux uniquement d'eux-mêmes. Le destin des habitants du faubourg ne les concerne aucunement, ils n'y prêtent aucune attention... Seuls quelques membres de cette famille ont des valeurs plus élevées, mais ce n'est malheureusement pas la majorité ! Grand-Père Umbitt en tête, ils sont bien déterminés à accroitre leur dominance.
Les Ferrailleurs est une excellente série, ces deux premiers tomes sont tout bonnement excellents. J'attends le troisième tome avec énormément d'impatience : une conclusion que j'espère à la hauteur des précédents !



Les Ferrailleurs, Tome 1 : Le Château
Les Ferrailleurs, Tome 2 : Le Faubourg




Challenge : 50 romans en 2016

26/06/2016

Protegor, de Guillaume Morel et Frédéric Bouammache

Protegor - Guide pratique de sécurité personnelle, self-défense et survie urbaine

Guillaume Morel et Frédéric Bouammache





Contrairement aux autres ouvrages actuellement disponibles sur la sécurité, voici le premier manuel francophone à traiter en détail les trois aspects complémentaires que sont la protection personnelle, la self-défense et la survie urbaine.
Accessible, clair, concret et exhaustif, ce guide accompagnera toute personne préoccupée par sa sécurité.



La première fois que j'ai entendu parler de Protegor (à la fois le livre et le site Internet), c'était lors d'un stage de lutte de rue avec Philippe Da Costa, organisé par l'ADAC et mon premier club de Krav Maga.
Donc, Protegor qu'est-ce donc ? C'est un livre (et un blog aussi, mis à jour très régulièrement), qui a pour but de donner des conseils et des techniques mais aussi des témoignages pour survivre et se protéger en milieu urbain. La priorité de l'ouvrage est d'assurer la protection des gens. Attention, je ne dis pas et les auteurs non plus, qu'à la fin de ce livre, vous serez aptes à échapper à n'importe quelles situations. NON ! Tout comme une personne qui a 20 ans d'arts martiaux n'est pas infaillible non plus. Que ce soit en pratiquant les arts martiaux ou en lisant Protegor, l'idée est d'acquérir certains automatismes, des gestes de défense et de prévention, d'être plus vigilant sans sombrer dans la paranoïa, d'essayer de garder la tête froide en situation dangereuse. Bref, d'être un peu plus averti sur certains dangers, et non pas se précipiter dedans par ignorance !
Donc Protegor va développer trois axes principaux :
- La sécurité personnelle : prévention, préparation mentale et pratique, tout ce qui est nécessaire pour tenter d'éviter une situation dangereuse.
- La self-défense : principes et techniques de combat avec ou sans armes.
- La survie urbaine : avec d'abord les aspects pratiques après une agression ou un accident, et ensuite quelques connaissances dans des situations particulières (terrorisme, épidémie, guerre...)
Un vaste sujet, n'est-ce pas ? Et je dois dire que Protegor réussit parfaitement sa mission ! De fil en aiguille, nous sommes emmenés de suggestion en mécanismes d'auto-défense en passant par des techniques de combats. Je conseille Protegor à toutes les personnes désireuses d'en savoir plus sur la protection personnelle, pour acquérir certaines façons de penser et état d'esprit.
Rien ne remplace la pratique d'un art martial (je ne suis pas objective, mais je recommande fortement le Krav Maga), mais Protegor nous apprend à être plus prudent dans la vie de tous les jours, avec la grande force de nous familiariser avec la défense légale et juridique, mais aussi d'avancer des conseils simples mais évidents.
Un livre que je voudrais voir entre toutes les mains, n'hésitez surtout pas à le parcourir !

24/06/2016

Top Five SériesAddict ≠22

Top Five SériesAddict
Les séries qui ont les meilleures scènes de combat

Grande amatrice d'arts martiaux, je ne pouvais décemment pas manquer ce Top, qui me parle énormément !


- Kingdom
La number one, ma chouchoute, la première à laquelle j'ai pensé... Si je n'avais pas fait du Krav Maga, je pense que je me serais dirigé vers le MMA ! Un art martial très complet, certes parfois assez violent... Mais pas plus que n'importe quel sport lorsqu'on le fait dans de bonnes conditions !


- Daredevil
Je dois avouer que les premières choses qui m'ont marqués sont les scènes de combat ! Certaines sont d'ailleurs plutôt impressionnantes.


- Profilage
Parce que Thomas Rocher n'hésite pas à se servir de ses poings lorsqu'il en a besoin ! Je me souviens notamment de l'épisode 8 de la saison 3, une parfaite illustration. Et apparemment Philippe Bas n'a pas l'air de lésiner sur les entrainements de boxe !


- The Last Kingdom
Les guerres et combats de cette époque m'ont toujours intéressée. Quand il y avait un conflit, on réglait ça à coup d'armées, face à face. Et les méthodes utilisées, que ce soit avec les boucliers ou les épées, demande beaucoup de préparation !


- Viking
Même si je n'ai vu que la première saison, j'ai apprécié les méthodes de combat de cette époque, les mêmes choses qui m'ont fait apprécié The Last Kingdom.

22/06/2016

Les adeptes, d'Ingar Johnsrud

Les adeptes

Ingar Johnsrud




Pour le commissaire Fredrik Beier, cette affaire s'annonçait comme une simple enquête de routine, dans sa vie monotone et procédurière : la disparition d'une jeune femme et de son fils, membres tous deux d'un groupe de fondamentalistes chrétiens, baptisé " La Lumière de Dieu ".
A ce détail près qu'il s'agissait de la fille de Kari Lise Wetre, une femme politique charismatique et très en vue au sein du parti social-démocrate norvégien. Et que ladite "Lumière de dieu", engagée dans une apparente vendetta religieuse, se révèle servir de paravent à de monstrueuses expérimentations sur des sujets humains, dans le cadre de recherches scientifiques visant à perpétuer la pureté de la race blanche.


Merci à Robert Laffont !
Le commissaire Fredrik Beier devait travailler sur une affaire en apparence toute simple et classique : la disparition d'une jeune femme et de son fils. Mais en fouillant, il découvre que non seulement ils faisaient partis d'un groupe chrétien appelé « La Lumière de Dieu », mais aussi que c'est la fille d'une femme politique, à la tête du parti démocrate. Mais sous les airs innocents de ce groupe chrétien, il servirait en réalité à des expérimentations sur des êtres humains, visant à assurer la domination et la pureté de la « race blanche ». En plus de cette plongée dans la religion et l'expérimentation, Fredrik Beier doit en plus faire face à un sniper sans visage, à la collaboration avec l'Allemagne pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais également à certains freins issus de ses collaborateurs.
Les Adeptes est une nouvelle lecture excellente de la part de la Bête Noire : que ce soit les différents thèmes abordés, la construction de l'enquête, le style de l'auteur, j'ai été emportée du début à la fin. Je pense que ceux qui ont appréciés la trilogie Millénium de Stieg Larsson devrait également appréciés Les Adeptes !
L'enquête se corse dès le début, avec notamment l'obligation d'avancer prudemment à cause du retentissement politique, mais aussi à cause du passé du pays. Ingar Johnsrud va se concentrer sur l'enquête principale de Fredrik Beier, tout en insérant quelques chapitres sur le passé, permettant d'élucider peu à peu quelques zones d'ombres.
Je tiens à signaler malgré tout que Les Adeptes est un roman assez complexe : il faut tout d'abord se souvenir de tous les noms à sonorité suédoise, mais aussi pouvoir se rappeler de tous les faits et autres petits détails qui émaillent l'enquête. Une fois pris par l'intrigue, c'est du bonheur ! Beaucoup de personnages, de nombreux rebondissements, des bonds entre le présent et le passé, et une intrigue complexe. Pour ce qui est des personnages, j'ai particulièrement apprécié celui de Kafa Iqbal, une jeune femme volontaire, capable et intéressante. J'ai eu au début plus de mal avec Fredrik Beier, mais il se dévoile peu à peu et devient plus intéressant au fil des pages.
Les Adeptes se finit avec une fin pour le moins ouverte, afin de nous préparer au second tome, que j'ai hâte de lire !



Challenge : 50 romans en 2016

20/06/2016

Les Outrepasseurs, Tome 3, de Cindy Van Wilder

Les Outrepasseurs, Tome 3
Le Libérateur

Cindy Van Wilder





Un terrible hiver s'abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d'Arnaut sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n'y avoir aucune solution.
Jusqu'à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachées...



Après avoir lu Les Héritiers et La Reine des Neiges, il était temps que je découvre Le Libérateur !
La Reine des Neiges, avec l'aide de ses Cavaliers, s'occupe de sa vengeance en attirant un terrible hiver sur Londres et la Grande-Bretagne. La magie disparait peu à peu, et tous sont affectés à différents degrés. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve démuni, car le Chasseur et Arnaut sont affectés par cette perte. Il va devoir alors se trouver de nouveaux alliés, et surtout comprendre comment inverser la situation.
Le premier point positif de Le Libérateur est son rythme, toujours aussi effréné et captivant, mais surtout ses personnages. Peter reste le personnage principal, mais Cindy Van Wilder a eu la bonne idée de donner leur tour à certains personnages secondaires ! Noble, la Reine des Neiges, Hersent ou Hermeline... Pouvoir avoir accès à leurs pensées donne plus d'intensité, et permet de mieux comprendre leurs motivations. J'ai particulièrement apprécié d'avoir pu découvrir davantage l'histoire de Chasseur, sans conteste le personnage le plus réussi et le plus complexe ! Il a plusieurs facettes, il est très ambivalent, capable du meilleur comme du pire... Fascinant du début à la fin !
Les Outrepasseurs est une trilogie que j'ai apprécié de suivre, mais je n'aurais pas été contre une centaine de pages supplémentaires pour Le Libérateur ! Certains détails ou actions étaient trop rapidement expédiées, pas assez approfondies à mon goût. Malgré tout, quand on veut passer plus de temps avec une histoire, c'est toujours bon signe. Je suis contente d'avoir pu découvrir Les Outrepasseurs et Cindy Van Wilder, que l'on m'avait chaudement recommandée à plusieurs reprises sur la blogosphère !
Les Outrepasseurs est une série jeunesse captivante, un vrai plaisir.



Les Outrepasseurs, Tome 1 : Les Héritiers
Les Outrepasseurs, Tome 2 : La Reine des Neiges
Les Outrepasseurs, Tome 3 : Le Libérateur



Chronique en + : l'avis de La Tête dans les Livres !


(Mois de juin) 

18/06/2016

Blindspot – Saison 1 (NBC)

Fiche technique

Titre original : Blindspot
Genre : Drame, Policier
Création : Martin Gero
Société de production : Warner Bros.
Musique : Blake Neely
Pays d'origine : États-Unis
Chaîne d'origine : NBC
Nb. de saisons : 1
Nb. d'épisodes : 23
Durée : 42 minutes
Diff. Originale : 21 septembre 2015 – en production
Officiellement renouvelée pour une saison 2

Synopsis

Une femme ayant perdu la mémoire et étant tatouée de la tête aux pieds découvre avec le FBI que chacun de ses tatouages est la clé pour trouver le criminel d'un meurtre.

Distribution

Jaimie Alexander : Jane Doe
Sullivan Stapleton : Kurt Weller
Marianne Jean-Baptiste : Bethany Mayfair
Rob Brown : Edgar Read
Audrey Esparza : Tasha Zapata
Ukweli Roach : Dr Borden
Ashley Johnson : Patterson Leung
Michael Gaston : CIA Deputy Director Tom Carter
Joe Dinicol : David
François Arnaud : Oscar
Trieste Kelly Dunn : U.S. Marshall Allison Knight

Épisodes

Première saison (2015-2016)
1- Le mystère dans la peau (Pilot)
2- Mission secrète (A Stray Howl)
3- Titre français inconnu (Eight Slim Grins)
4- Titre français inconnu (Bone May Rot)
5- Titre français inconnu (Split the Law)
6- Titre français inconnu (Cede Your Soul)
7- Titre français inconnu (Sent on Tour)
8- Titre français inconnu (Persecute Envoys)
9- Titre français inconnu (Authentic Flirt
10- Titre français inconnu (Evil Handmade Instrument)
11- Titre français inconnu (Cease Forcing Enemy)
12- Titre français inconnu (Scientists Hollow Fortune)
13- Titre français inconnu (Erase Weary Youth)
14- Titre français inconnu (Rules in Defiance)
15- Titre français inconnu (Older Cutthroat Canyon)
16- Titre français inconnu (Any Wounded Thief)
17- Titre français inconnu (Mans Telepathic Loyal Lookouts)
18- Titre français inconnu (One Begets Technique)
19- Titre français inconnu (In the Comet of Us)
20- Titre français inconnu (Swift Hardhearted Stone)
21- Titre français inconnu (Of Whose Uneasy Route)
22- Titre français inconnu (If Love a Rebel, Death Will Render)
23- Titre français inconnu (Why Await Life's End)


Mon avis

Dès la sortie du pilot de Blindspot, je dois avouer que j'étais intriguée. Déjà parce qu'il y avait Jaimie Alexander (Thor, Kyle XY) et Sullivan Stapleton (Strike Back, Animal Kingdom), que je connaissais déjà un peu. Mais le résumé m'a particulièrement intrigant également : une femme amnésique, couverte de tatouages récents, et qui finit par travailler avec le FBI à la fois pour résoudre le mystère de son identité mais aussi pour permettre la résolution de crimes grâces à ses tatouages.
Cette femme amnésique, appelée Jane Doe, a été retrouvée dans un sac, au milieu de Time Square. Son amnésie, et surtout le fait que le nom de l'agent du FBI Kurt Weller soit tatoué sur son dos, parmi d'autres nombreux motifs, est suffisant pour que la jeune femme se retrouve sous la responsabilité du FBI. Elle va être en outre rapidement autorisée à travailler avec eux, étant donné ses étranges compétences, et surtout le fait que ses tatouages soient à chaque fois connectés à une organisation criminelle ou à un complot. Très pratique pour le FBI que de déjouer des morts grâce à ces dessins ! 
Blindspot n'est ni un coup de cœur, ni la surprise de l'année. Le schéma est plutôt classique : en général chaque épisode nous conduit sur une nouvelle enquête, déterminé à chaque fois par un tatouage différent. Par contre, je dirais que Blindspot se révèle agréable à suivre, dans le sens, où malgré quelques incohérences ou faiblesses, il y a un bon rythme, des rebondissements et des personnages intéressants dans l'ensemble.
Les personnages de Jane Doe et Kurt Weller tiennent la route et, malgré les rumeurs disant que les deux acteurs ne s'entendaient pas, leurs deux personnages ont des interactions intéressantes. La patronne de Weller, Mayfair, est une femme forte, intelligente, et qui semble avoir eu une vie bien remplie. Les deux équipiers de Weller, Read et Zapata, étaient au départ un peu trop lisses et transparents ; heureusement qu'ils ont pris de l'épaisseur et de l'intérêt au fil des épisodes ! Sinon, pour moi, les
personnages qui m'ont le plus intéressé, dès le début et jusqu'à la fin sont le Dr Borden, Patterson et son petit ami David. Le Dr Borden est là pour chaque membre de l'équipe, prêt à tout pour les préserver psychologiquement ; Patterson est l'experte en informatique, un peu « geek », et qui apporte une bonne dose de fraicheur, de même que sa relation avec David est très touchante. 
Donc, Blindspot est une série avec un bon rythme, beaucoup d'action, mais qui a su se bonifier au fil des épisodes. De quelconque et parfois un peu maladroite, l'intrigue et les personnages se sont étoffés au fur et à mesure, atteignant un niveau respectable. Sans être une série exceptionnelle, elle reste intéressante et divertissante ! Au fil du temps, à l'action s'est rajouté de l'émotion, que ce soit avec de l'humour ou des scènes plus triste. (Pourquoi, mais POURQUOI avoir fait ça à ce personnage ?)
Donc, dans l'ensemble très agréable, je pense pouvoir dire que je serais là pour la saison 2 de Blindspot !

16/06/2016

Dans la chaleur de l'été, de Vanessa Lafaye

Dans la chaleur de l'été

Vanessa Lafaye




Dans l'atmosphère étouffante de la Floride à l'époque de la ségrégation, une puissante histoire d'amour qui doit surmonter bien des épreuves.
Le retour d'Henry après 18 ans d'absence exacerbe les tensions racistes de sa petite ville. L'ancien héros de guerre y retrouve Missy, amoureuse de lui depuis l'enfance. Mais autour d'eux la violence fait rage, et, à l'approche de la fête nationale, une terrible tornade menace...



Merci à Belfond !
Nous sommes en Floride, à l'époque de la ségrégation. Après 18 ans d'absence, le retour d'Henry, notamment pour retrouver Missy, pourrait mettre le feu aux poudres et révéler tous les sentiments latents de la petite ville...
Dans la chaleur de l'été est le premier roman de Vanessa Lafaye, et avant de le recevoir, j'avoue que je ne le connaissais pas du tout. Mais le résumé m'a conquise sur-le-champ : le fait que l'action se déroule en Amérique, dans une petite ville, avec ces sentiments exacerbés – que ce soit en bien ou en mal – avec en toile de fond cette tornade qui menace de faire rage. Tout cela ne pouvait que me plaire ! Quand on ajoute à ce cocktail un meurtre, qui va évidemment attirer les suspicions sur les personnes noires...
Dès les premières pages, j'ai vraiment été captivée par l'histoire de Vanessa Lafaye. Chacun de ses personnages sont particuliers et uniques, des êtres humains dans toute leur beauté et noirceur. Il y a beaucoup de secrets, de non-dit, de rancœurs, mais aussi de l'amour et de l'amitié. Ce que je retiens particulièrement de Dans la chaleur de l'été est la description de cette petite ville et de ses habitants, mais surtout le climat qui s'instaure dans n'importe quelle petite communauté, ravagée par la ségrégation, la suspicion, et les idées mauvaises. Il n'y a pas que du négatif chez ces personnes, mais lorsqu'on vit en groupe, l'effet de « meute » prend souvent le dessus malheureusement... Une description très riche et très nuancé !
Dans la chaleur de l'été s'avère une lecture très prenante, grâce à la multitude de sujets abordés, à ses personnages tout en nuance, et surtout grâce à la très belle écriture de Vanessa Lafaye. N'hésitez pas !



Chronique en + : l'avis de My Pretty Books !


Challenge : 50 romans en 2016

14/06/2016

Top Ten Tuesday ≠47

Top Ten Tuesday
Les 10 raisons qui font que vous préférez les livres papiers aux Ebook


Les raisons sont nombreuses, et je n'ai pas peur de le dire : ≠TeamPapier !

- Le toucher
Pouvoir toucher un livre, le feuilleter, sentir le grain des pages, les couvertures... Tout ça fait partie de la magie du livre papier !


- L'odeur
Une des meilleures odeurs au monde ! Que ce soit l'odeur d'un vieux livre, d'un livre récent... Si ça pouvait exister en flacon, je suis preneuse.


- Les bibliothèques
Y a pas à dire, que ce soit chez nous, chez les autres, ou simplement dans les bibliothèques de ville, ça en impose !


- Les librairies
Déjà, libraire est le plus beau métier du monde (NON, je ne suis pas du tout influencée par mon métier !). Mais surtout c'est l'occasion de passer des heures à chercher la perle rare, ou de prendre le premier livre qui nous tombe sous la main. Pouvoir se faire conseiller, ou conseiller. Pouvoir rencontrer des passionnés, ou donner le goût de la lecture.


- Sa PAL
J'ai beau avoir une PAL numérique, elle ne vaut pas celle en papier : rien de mieux que de choisir sa prochaine lecture, en hésitant devant cette montagne de livres prête à s'écrouler.


- Les échanges
Que ce soit les prêts de livres, les swaps ou autres, c'est beaucoup mieux avec un livre papier !


- Le choix
Beaucoup plus de choix en papier qu'en numérique !


- Plus pratique
Certes, je suis d'accord sur le fait qu'un livre électronique peut transporter des milliers de livres et prend moins de place. Mais un livre papier n'a pas besoin d'être rechargé, il ne craint pas le soleil et le sable à la plage... Même si le papier a du mal avec quelques petites choses (comme le feu ou l'eau, mais en même temps, qui résiste à ça ?), il reste quand même moins fragile.


- Le regard
C'est beaucoup plus pratique avec le livre papier de mater la lecture des gens dans les transports en commun !


- C'EST BEAU ET PUIS VOILA.
J'aurais peut-être dû commencer par ça.

13/06/2016

La Trilogie d'Axis, Tome 3, de Sara Douglass


La Trilogie d'Axis, Tome 3
L'Homme Étoile

Sara Douglass






Le Ponton-de-Jervois est tombé entre les mains de Gorgrael. L'armée d'Axis, très affaiblie après la victoire contre les troupes de Borneheld, est contrainte de marcher vers le nord pour affronter une horde de Skraelings et de Griffons.
Contre de telles forces, Axis lui-même doit reconnaître que triompher est impossible.



Après Tranchant d'Acier et Envoûteur, voici enfin la conclusion à La Trilogie d'Axis !
Axis et son armée sont épuisés par les combats incessants, et les soldats doutent de leur triomphe. Le pouvoir de la Danse des Étoiles semble avoir atteint ses limites, et Axis, malgré toutes les personnes qui le soutiennent, doutent... De son côté, Azhure prend de plus en plus confiance en elle, et d'anciens pouvoirs ressurgissent. Farady est très occupée à restaurer l'ancienne forêt de Tencendor, indispensable pour la victoire d'Axis et la restauration du pays.

L'homme Étoile est une excellente conclusion à la trilogie. Les dernières batailles se jouent, des alliances et des trahisons se font et se défont, des identités s'affermissent... Sara Douglass parvient à donner des réponses à toutes les intrigues présentées depuis le premier tome, le dénouement est assez rapide mais cohérent et surtout le destin de tous les personnages sont connus.
Avec La trilogie d'Axis, j'ai passé un excellent moment, et L'Homme Étoile ne déroge pas à la règle. Malgré le fait que ce soit le point final à l'histoire d'Axis, il y a toujours des révélations, du suspense, et des rebondissements. L'écriture de Sara Douglass est simple mais addictive : elle est parvenue à me garder captivée jusqu'à la fin ! J'ai appris qu'elle avait écrit une autre série, mais cette fois avec les enfants d'Axis, et je dois dire que je serais curieuse de la lire.
Une trilogie qui ne révolutionne pas spécialement les codes de la Fantasy, mais qui permet de passer un bon moment. Et c'est le principal !




La Trilogie d'Axis, Tome 1 : Tranchant d'Acier
La Trilogie d'Axis, Tome 2 : Envoûteur
La Trilogie d'Axis, Tome 3 : L'Homme Étoile





Challenge : 50 romans en 2016

11/06/2016

Les Autodafeurs, Tome 2, de Marine Carteron

Les Autodafeurs, Tome 2
Ma sœur est une artiste de guerre

Marine Carteron






Le Grand Jeu ne fait que commencer mais il a déjà coûté cher à la famille Mars. Après avoir perdu son père, ce sont les grand-parents d'Auguste qui sont morts en affrontant les Autodafeurs et leur mère est toujours dans le coma suite à sa blessure à la tête.
Auguste et Césarine n'ont jamais été aussi seuls mais avec l'aide de DeVergy et des membres de la Confrérie, ils vont devoir se préparer et se battre car les Autodafeurs n'ont jamais été aussi près de parvenir à leur fin...



Le troisième tome des Autodafeurs m'attendant toujours bien sagement dans ma PAL, j'en profite pour relire Ma sœur est une artiste de guerre, afin de me souvenir de chaque détail.
La guerre entre les Autodafeurs et la Confrérie a déjà fait beaucoup de mal à la famille Mars, et ce n'est pas fini. Après la mort du père d'Auguste, c'est maintenant ses grands-parents qui sont décédés, et sa mère est dans le coma à cause d'une blessure... Pour pouvoir lutter efficacement contre les Autodafeurs, la Confrérie décide de se rassembler, et donc de quitter La Commanderie. Pendant les préparatifs de départ, Auguste décide de fouiller les laboratoires de recherche gardé par la famille Montagues, et ce qu'il y découvre pourrait bien faire pencher la balance du côté de leurs ennemis !
Césarine et Auguste vivent chez leur tuteur, Marc DeVergy, et ont pour mission de faire profil bas en attendant de pouvoir fausser compagnie aux Autodafeurs, qui sont bien déterminés à empêcher la Confrérie de leur mettre des bâtons dans les roues. Mais c'est sans compter sur Auguste, qui fait un peu trop cavalier seul et s'attire des ennuis. Heureusement que Césarine est là pour apporter un nouveau point de vue et des éléments cachés, mais aussi sur les membres de la Confrérie qui les soutiennent !
Après avoir lu Mon frère est un gardien, j'étais curieuse de découvrir la suite des aventures de nos héros. Que ce soit la première fois que je l'ai lu ou lors d'une relecture, j'ai toujours été aussi captivée par l'histoire de Marine Carteron. On retrouve dans Ma sœur est une artiste de guerre tout ce que j'avais aimé du premier tome, et on les développe encore davantage. Une histoire palpitante, avec des rebondissements, beaucoup de tension mais également de l'humour, pour un mélange qui tient à la fois du drame familial mais aussi de l'enquête et du complot, tout ça avec une grande dextérité ! Et le plus grand point positif tient aux personnages, tous plus intéressants les uns que les autres. Pas de manichéisme ici : Ma sœur est une artiste de guerre ne se limite pas à l'affrontement du « bien » et du « mal », au contraire. Chaque personnage, quel que soit son camp, a plusieurs facettes. Ils ne se limitent pas à une qualité ou à un défaut, ils sont beaucoup plus profonds et complexes : ils sont humains, avec tout ce que cela implique. Le personnage d'Auguste est attachant mais mon coup de cœur va à Césarine, toujours aussi intéressante et particulière. Autant son frère était au début un ado assez futile, qui heureusement finit par mûrir pour sauver sa famille et ses amis, autant Césarine reste toujours plus ou moins la même. Elle évolue également, malgré tout, elle expérimente de nouveaux sentiments, mais elle reste toujours dans son monde, dans sa façon de penser, qui est très souvent juste. Particulière, intelligente, surdoué, j'adore les chapitres qui lui sont consacrés !
Ce deuxième tome est encore meilleur que le premier, et je suis impatiente de lire le dernier tome de la trilogie. Une excellente lecture, n'hésitez surtout pas à découvrir Les Autodafeurs !



Les Autodafeurs, Tome 1 : Mon frère est un gardien
Les Autodafeurs, Tome 2 : Ma sœur est une artiste de guerre
Les Autodafeurs, Tome 3 : Nous sommes tous des propagateurs



Chronique en + : l'avis de Lavinia !



Challenge : 50 romans en 2016