08/01/2018

Au nom de ma mère, de Hanni Münzer

Au nom de ma mère - Hanni Münzer


Archipel
08 Novembre 2017
23 €






Le destin semble tout tracé pour Felicity : elle vient de terminer ses études de médecine, et s'apprête à quitter Seattle pour rejoindre une mission humanitaire en Afghanistan. Jusqu'à ce qu'elle reçoive un appel de son père : sa mère Martha a disparu.
Forcée d'abandonner ses projets, Felicity part à sa recherche. Et ses traces la conduisent à Rome. Si elle finit par retrouver sa mère dans un hôtel de la capitale italienne, elle apprend également le décès récent de sa grand-mère Deborah. Dans les mains de Martha, tremblante, une lettre laissée par la défunte. Ce qu'elle contient est sur le point de bouleverser la vie de Felicity.
Commence alors pour elle un voyage dans les pas de ses ancêtres, à la poursuite de la mémoire de sa mère et de sa grand-mère. Car un secret les unit toutes trois. Celui-ci démontre que l'amour n'a pas de limites... Ni la guerre ni le nazisme ne sauraient les briser.



Merci à L'Archipel !
Felicity est une jeune femme qui vient de finir ses études de médecine. Elle décide de tout quitter – pays, famille, fiancé – pour aller en Afghanistan afin de mener une mission humanitaire. Mais il suffit d'un coup de fil pour changer un avenir que l'on pensait tout tracé : le père de Felicity, inquiet, n'a pas eu de nouvelle de son épouse, la mène de Felicity, depuis la veille au soir. La jeune femme parvient à retrouver la trace de sa mère en Italie, à Rome. Elle part rejoindre sa mère qui lui apprend que sa grand-mère Deborah est morte, et qu'elle semblait avoir un lourd passé... A travers des lettres et des journaux, nous partons explorer le passé de toute une famille.
Nous sommes dans les années 40, au moment de la montée du nazisme. Nous allons suivre Gustav et Elizabeth. Ils sont mari et femme, lui est un médecin et elle est une chanteuse reconnue. Issue d'une classe très aisée, ils vont vivre le nazisme, et tout tenter pour y échapper. Car si l'argent et leurs relations avec la haute société leur permet d'échapper au pire, il n'est pas dit qu'ils y arriveront toujours... Nous n'avons pas besoin d'aller dans les camps de concentration pour vivre l'horreur, car il y a différents moyens d'être pris au piège. Après avoir suivi Gustav et Elizabeth, c'est le destin de Deborah auquel nous allons nous intéresser. La jeune fille a 18 ans, et encore une certaine forme de naïveté et d'innocence, malgré les horreurs qu'elle a déjà pu subir. Très proche des nazis, spécialement un SS très influent, on va la voir découvrir progressivement l'envers du décors et la vérité sur le nazisme. Une rencontre va tout bouleverser et la faire se précipiter dans l'univers de la Résistance.
Le sujet de la Seconde Guerre Mondiale est quelque chose qui a déjà été énormément décrit dans les livres, que ce soit en essai ou en roman, tout comme les drames familiaux. Et pourtant Hanni Münzer parvient à faire de Au nom de ma mère un roman qui ne soit ni ennuyeux ni copié-collé sur des œuvres précédentes. La guerre et les histoires familiales sont deux thèmes qui m'intéresse profondément, et j'avais donc de grands espoirs pour ce roman. Et ils n'ont pas été déçus !
J'ai été captivée du début à la fin, et je ne pouvais plus le lâcher : au point que j'ai fini ce roman en une journée ! Je l'ai commencé dans le métro le matin, et je l'ai fini tard dans la nuit. L'époque histoire est très intéressante, décrite avec beaucoup de talent, on a véritablement l'impression d'y être et de ressentir cette terreur et cette oppression. Notamment aux côtés de Gustav et Elizabeth : avec eux, on a peur pour l'avenir, de ne pouvoir protéger ses enfants, d'essayer de trouver un moyen de quitter le pays pour gagner des contrées plus clémentes... Étouffant, sombre, l'atmosphère est suffocante et accablante. Puis, ensuite, aux côtés de Deborah, nous allons voir le côté « haut de gamme » de la société nazie : les fêtes, les beaux vêtements, le pouvoir, le glamour... Mais lorsqu'on a l'occasion de jeter un coup d'œil derrière le rideau, toutes les certitudes s'effondrent. Il est facile de se laisser subjuguer par les paillettes et de ne pas voir la réalité, pour se protéger de la torture et de la déportation. Mais une fois qu'on a ouvert les yeux, peut-on vraiment les refermer ? C'est ce qui arrive à Deborah.
Au nom de ma mère est un roman très riche, dense et profond. L'écriture est addictive, les personnages tous plus captivants les uns que les autres... On ouvre et on referme le roman à la période contemporaine, qui – bien que très courte – s'avère nécessaire et très intéressante. L'histoire de Deborah est sans conteste la plus captivante, mais j'aurais également souhaitée en savoir un peu plus sur Felicity.
Je vous conseille plus que vivement Au nom de ma mère, un roman passionnant !




Chronique en + : l'avis de Liseuse hyper fertile !

16 commentaires:

  1. super que tu ais été emportée !

    RépondreSupprimer
  2. Bon... Eh bien un bouquin de plus dans ma wish ! :p Merci ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas vraiment mon genre de romans mais je suis contente que tu l'ai autant aimé! ^^

    RépondreSupprimer
  4. Premier coup de cœur de 2018 ?!
    J'aime bien les histoires de famille, de passé qui ressurgit donc je le note ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt un des derniers coups de cœur de 2017 ;)

      Supprimer
    2. Ah, remarque ça compte aussi ;-)

      Supprimer
  5. Et un de plus dans ma wish-list ! Ton avis fait plus qu'envie en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah, contente de t'avoir tentée :D !

      Supprimer
  6. Tu m'as vraiment donnée envie de lire ce livre, que dire? il a tout pour me plaisir en fait ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de t'avoir donnée envie ! J'espère que tu ne seras pas déçue ;)

      Supprimer
  7. Tu m'as convaincue, il a l'air vraiment puissant ce roman.

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !