12/04/2018

Le goût sucré des souvenirs, de Beate Teresa Hanika

Le goût sucré des souvenirs - Beate Teresa Hanika




Les Escales
15 Février 2018
19.90 €







Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne.
De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d'abricot, tous confectionnés avec sa mère. Véritable madeleine de Proust, la confiture sucrée la replonge immanquablement dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne nazie : son quotidien d'abord faste et luxueux, ses grandes sœurs qu'elle jalousait secrètement, la voix de sa mère lorsque celle-ci chantait. Et puis l'arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte de repères.
Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D'autant plus que Pola lutte, elle aussi, contre ses propres démons. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu'elles ne l'auraient imaginé.


Merci à Les Escales !
Elisabetta Shapiro est une vieille femme solitaire, vivant presque recluse dans la maison familiale, à Vienne. Grâce – ou à cause – des confitures d'abricot de sa mère, qu'elle a conservé précieusement, elle se replonge dans son passé troublé.
A Vienne, lors de la Seconde Guerre Mondiale, elle n'était qu'une jeune fille juive. Avec ses parents et ses sœurs, Elisabetta vivant dans le faste. La guerre n'avait au départ aucun impact sur elle. Jusqu'à ce que la peur aille croissante, et qu'un jour toute sa famille se fasse enlever par les SS... De là, c'est une spirale infernale de solitude et de regrets.
Des années plus tard, lorsqu'elle est une vieille dame, une jeune fille nommée Pola emménage chez elle. Pour Elisabetta, ce n'est au début qu'une présence, un moyen d'avoir un peu de bruit chez elle. Mais, peu à peu, les deux femmes vont se rapprocher et se lier, beaucoup plus qu'elles ne s'y attendaient.
Je suis toujours curieuse de suivre les publications des Escales, et je dois avouer que Le goût sucré des souvenirs me tentait tout particulièrement ! Beate Teresa Hanika nous présente un texte très fort, riche en émotions. Les traductions de romans peuvent être souvent ardus, mais ne lisant pas l'Allemand, c'était nécessaire pour moi d'avoir évidemment la traduction française. Et j'ai été embarquée ! A la fois par l'écriture de Beate Teresa Hanika mais aussi par la traduction : c'est beau, poétique, très touchant, et vibrant. Le goût sucré des souvenirs est une histoire vraiment magnifique, avec beaucoup de sentiments et d'émotions de toutes sortes : sur les souvenirs, le temps qui file, l'amour, la vengeance, le pardon, la culpabilité... Ce n'est pas un gros roman, loin de là ; mais qui réunit et condense en un peu plus de 200 pages toute une vie et ce qui l'accompagne.
Le goût sucré des souvenirs est un roman très fort, que je recommande vivement !





Chronique en + : l'avis de Mya Books !

14 commentaires:

  1. J'adore le titre de ce roman.
    Et, j'aime beaucoup les histoires ayant ce sujet comme Inconnu à cette adresse, L'ami retrouvé,... Je me note donc ce titre, merci !

    RépondreSupprimer
  2. Olala, ça me plait beaucoup, je note ! =D

    RépondreSupprimer
  3. C'est toujours interessant d'avoir ce genre de romans

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas, donc merci pour la découverte :-)

    RépondreSupprimer
  5. Je viens d'ajouter ce roman dans ma wish list goodreads. Je suis conquise par le résumé et par le lieu, Vienne est une ville magnifique...même si j'imagine que pendant la guerre, il n'y faisait certainement pas bon vivre. J'aime les romans où on plonge dans le passé et où deux générations se confrontent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense (j'espère) que ça devrait te plaire alors !

      Supprimer
  6. Un bien joli titre qui fait écho à ta délicieuse chronique, merci :)

    RépondreSupprimer
  7. Le thème me tente bien, mais j'ai l'impression que le pitch ressemble à pas mal d'autres bouquins du genre. Du coup, j'espère que je n'aurais pas un sentiment de redondance si jamais je finis par le lire. Et comme j'aime beaucoup beaucoup cette maison d'édition, il y a des chances que je me le procure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le thème est pas spécialement novateur, mais c'est très bien fait quand même !

      Supprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !